Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 18:03

Notre président a dit très récemment qu’il ne toucherait pas au bouclier fiscal. C’est méconnaitre le message que lui ont adressé les électeurs au travers des élections régionales. Soit.

Il a dit aussi qu’il n’augmenterait pas les salaires ni les pensions de retraite . Cela ne lui parait pas nécessaire. Soit.

Si on y regarde de plus près on notera qu’il a aidé les banques et les entreprises en leur prêtant à vil prix de l’argent qu’il avait lui-même emprunté. En plus des milliards donnés aux banquiers et des exonérations fiscales aux entreprises il a fait un nouvel emprunt pour la relance de l’activité. Tous ces emprunts additionnés ont plombé nos finances et nous ne sommes pas loin au niveau des dettes contractées de la Grèce, de l’Espagne ou du Portugal. Regardons maintenant ce que nos banques et nos entreprises ont fait de cet argent. Elles se sont empressées d’augmenter leurs dirigeants, les primes de leurs traders et les bonus de leurs administrateurs. Si on considère l’emprunt pour les grands travaux on ne peut pas dire aujourd’hui encore quel effet il aura sur l’emploi tant il est utilisé discrètement.

Dans cette période difficile où le chômage ne cesse d’augmenter et où les salaires sont bloqués on voulait encore nous imposer une taxe verte, la taxe carbone qui devait toucher tout le monde sauf les entreprises et les transporteurs routiers. Qui aurait payé ? Ceux qui ne sont pas protégés par le bouclier fiscal. On prévoyait avant même son application une hausse du tarif des carburants de 10Ct par litre environ, hausse qui serait intervenue en même temps que celle du gaz, des loyers, des impôts etc. Si on poursuit notre analyse on se rend bien compte qu’il vaut mieux être sous le bouclier fiscal qui protège de l’augmentation des impôts qu’a coté.

Parlons maintenant de deux choses qui fâchent. Tout d’abord la dette que nous subissons car elle n’est pas de notre fait mais que nous devrons rembourser. La seule question qui se pose est quand et comment ? Ensuite la réforme des retraites que le gouvernement va examiner sous peu. Il est certain qu’avec des caisses vides et des dettes à rembourser on va devoir se serrer la ceinture.

 Pouvons nous espérer que cela n’arrivera pas ? Je ne le crois pas car nous avons commis trop d’erreurs. Pour sauver les banques nous aurions dû emprunter moins et mieux contrôler les fonds prêtés en entrant dans les conseils d’administration. Nous aurions dû diminuer les charges des entreprises au prorata des efforts consentis par elles sur le prix des produits et/ou sur l’emploi qu’elles étaient susceptibles de créer. Enfin les grands travaux devraient permettre si ils sont bien ciblés de créer des emplois, beaucoup d’emplois, mais pour l’heure nous n’avons rien vu.

Dans un premier temps la recherche du plein emploi améliorerait le financement des retraites, le réaménagement des activités en fin de carrière devrait permettre de garder plus de monde au travail et de pérenniser le système. Bloquer les salaires ,allonger le temps de travail ou réduire les pensions ne résoudra pas le problème. Ensuite viendra le temps du remboursement de la dette. Ceci ne pourra se faire sans une véritable reprise à laquelle les banques et les entreprises grassement aidées devraient participer de gré ou de force. Quand aux nouvelles taxes elles devront attendre.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 15:56

On pourrait croire en  entendant ces mots à une série américaine mais en fait en ouvrant une enseigne de restaurants hallal Quick s’inscrit en opposition avec la politique d’intégration qui est celle de la France depuis longtemps. Nous avons fait le pari de l’intégration pour les populations immigrées et chacun peut se souvenir des débats acharnés entre les tenants de l’assimilation et ceux de l’intégration. L’assimilation à laquelle nombre de français ont trouvé des relents de colonialisme diffère de l’intégration laquelle consiste à reconnaitre la culture de l’autre et à lui proposer d’adhérer à la culture majoritaire dans son nouveau pays.

Les anglo-saxons se sont moins embêtés que nous en prônant une attitude communautariste qui consiste à regrouper des populations étrangères dans des quartiers dédiés où elles sont libre de vivre leur culture en respectant la loi du pays. C’est ainsi qu’il y a des quartiers chinois ou italiens dans les grandes villes américaines. Nous avons fait pour notre part le pari du vivre ensemble et c’est ce qui est aujourd’hui menacé.

Souhaitons que cette tendance ne s’étende pas. On pourrait en effet voir se développer des restaurants kacher, ou bouddhistes ce qui augmenterait encore la confusion ambiante.

Vous allez me dire qu’il existe déjà des restaurants japonais ou asiatiques voire des restaurants africains et que vous ne voyez pas pourquoi je m’insurge. La différence essentielle à mes yeux tient dans la connotation religieuse. Un restaurant hallal ou kacher est confessionnel. Tout le monde va ou peut aller dans un restaurant asiatique sans être suspect d’être un taôiste. Tout le monde va ou peut aller dans un restaurant libanais sans être suspect d’être un maronite ou un chiite. Mais  un restaurant kacher par exemple cherche à attirer essentiellement des juifs et deviner donc qui cherche à attirer un restaurant hallal ?

Cette offre rejoint celle de la chanteuse Diams qui récemment c’est définie comme une chanteuse engagée en portant le tchador en ville et sur scène. Ce prosélytisme est à contre courant de nos principes laïques qui exigent de ne pas afficher son appartenance religieuse de façon ostensible.  De la même façon les demandes réitérées d’heures de piscine pour les femmes musulmanes est une atteinte à la laïcité. 

Se battre pour la laïcité c’est se battre pour la neutralité religieuse et combattre tout prosélytisme. Si nous ni prenons garde de dérive en dérive nous détruirons le principe même de la laïcité et le choix qui nous restera sera soit une théocratie  soit l’apartheid du communautarisme.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 15:49

Sans être un spécialiste du marketing je sais par expérience un certain nombre de choses avec lesquelles on ne peut pas transiger.

La première est que pour vendre un produit il faut offrir plusieurs choix. Si on regarde par exemple les marchands de machines à laver ou de voitures, elles sont toutes faites dans quelques usines peu nombreuses au demeurant mais, si la base est identique pour toutes elles se différencient par le carrossage, ou par les options. Ce sont ces détails qui motivent le choix du consommateur et qui le fidélisent. Si on analyse maintenant les dernières régionales on voit que l’UMP en est le grand perdant. La stratégie de ce parti a été de regrouper des marques différentes allant du centre au RPF sous un même label pour constituer un parti unique qui semblait la panacée. C’est un échec. Pour réussir à l’avenir il devra offrir plus de choix dans ses idées.

 

La deuxième règle en marketing est de bien définir le rôle du produit et de s’y tenir. Ainsi si on regarde les lessives il ya celle qui bout plus blanc, celle qui préserve la nature etc. En politique c’est pareil. Ainsi le Modem s’est défini dans un premier temps comme une troisième voie puis pour durcir son discours qui ne devait pas être assez porteur il s’est défini comme le premier opposant au président. Il était alors considéré comme un parti de centre droit. Brutalement au congrès d’Arras le Modem tente de se rapprocher du parti socialiste ce que M Aubry refuse et le voilà orphelin. Son score est le témoin de cet échec de marketing. A l’inverse le FN qui s’est toujours battu sur des thèmes sécuritaires et xénophobes a vu son score s’amplifier des que les politiques sécuritaires se sont invitées dans une campagne où elles n’avaient rien à faire, les conseils régionaux n’ayant aucun pouvoir en ce domaine. De la même façon les thèmes xénophobes ont réapparu avec le débat sur l’identité nationale et l’ont boosté.

 

Reste enfin une troisième règle celle du choix par défaut que l’on peut résumer ainsi « faute de merle on mange des grives ». C’est ce qui s’est passé avec le PS qui bien qu’il ait gagné devrait s’interroger sur l’abstention. Pourquoi si les thèmes proposés étaient si intéressant les électeurs les ont boudés ? Ce succès est un succès par défaut et , d’ici 2012 il devra lui aussi proposer un projet cohérent et novateur prenant en compte les idées des écologistes dont on dit qu’il y en a une par adhérent. Je lui souhaite bon courage

 

L’avenir appartiendra à la formation politique qui le plus rapidement saura revenir à l’essentiel, offrir un choix clair avec des options et un choix qui soit compréhensible. A bon entendeur Salut

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 07:42

Les écologistes ont présenté pour ces régionales un nombre impressionnant de listes et pourtant leur score de 12%est relativement faible. Il me semble exister au moins deux raisons qui peuvent l’expliquer.

La première et non la moindre est que l’écologie, la protection de la nature est un thème qui a été adopté par toutes les formations politiques de l’extrême droite à l’extrême gauche et l’électeur  se sent un peu perdu devant une avalanche de propositions qui sont pour certaines plus proches des bons sentiments que des réalités quotidiennes. Je constate qu’il existe au moins trois façons de parler d’écologie. La première  que certains ont qualifiée d’écologie décroissante prône le retour en arrière. C’est une pensée plutôt de gauche qui consiste à privilégier le vélo à la voiture, le rail à la route, le chauffage au bois au chauffage au gaz etc. Le second modèle est l’écologie dite positive qui s’adresse aux économies d’énergie , c’est celle des éoliennes, des panneaux solaires, des centrales atomiques etc. Reste une troisième voie, c’est celle de la taxe carbone, du sommet de Copenhague et des autres réunions internationales  dont le seul but est d’engranger des dividendes en pénalisant quelques pollueurs. Si nous revenons juste un instant la taxe carbone aujourd’hui en sursis, on doit se poser la question de savoir  ce qui est le plus important, réduire les émissions de carbone et retarder la hausse supposée des températures ou réduire voire supprimer les émissions de fumées qui polluent l’air, réduire voire supprimer la pollution des rivières, réduire voire supprimer l’utilisation des pesticides qui polluent la terre , et qui détruisent nos organismes. Pour ma part je préfèrerai la lutte contre les pollutions déjà existantes mais cela coutera cher et ne rapportera rien.

 

La seconde raison me parait que chacun sent confusément qu’on ne gère pas une ville, une région, un état par la seule écologie. A quoi servirait il d’avoir un air pur, des rivières propres, des aliments sains si parallèlement l’homme ne trouve pas de travail, de salaire, et ne peut se loger correctement. Peut on assurer la sécurité des citoyens par l’écologie ? Agir pour la justice, pour la santé, pour un meilleur équipement du pays est-ce écologique ? Non. Alors les écologistes qui se sont présentés à nos suffrages avancent masqués.  Ce sont pour la plupart des politiques qui ont une réflexion sur la société, ils souhaitent la mettre en place et l’écologie leur sert de faux nez pour attirer l’électeur .

Pour ma part je préfère les gens qui avancent leurs idées sans détour car si ces dernières ne me plaisent pas je peux les combattre alors qu’il est difficile d’être contre la protection de l’environnement même si on sent confusément que derrière ces propositions il y a une autre politique prête à se mettre en place.

Les citoyens sentent confusément ces différences mais sauront ils en éviter les pièges ?

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 11:44

link

 

J’ai eu la curiosité de regarder ce blog suite à la polémique qui s’est développée autour de l’audit sur les finances de la ville et je suis allé de surprise en surprise.

Première surprise, G Larrat est apolitique.  Sur son blog, il ne fait jamais apparaitre son appartenance à l’UMP à l’inverse d’I Chésa qui met en avant son étendard mais il a assisté a au moins une réunion organisée pour les régionales.

Dans son blog il ne parle pas de la région ni du département , il n’évoque pas la réforme des territoires ni  les modifications de la fiscalité locale, il reste sur Carcassonne et sur la CAC.

Deuxième surprise , lorsqu’il parle de la ville et de l’agglo c’est uniquement pour défendre son bilan et ses choix, jamais il ne propose une vision différente de la vie locale.

Je prendrai quelques exemples qui illustrent mon propos.

Tout d’abord la médiathèque. G Larrat n’a pas encore admis ou compris que ce dossier a été un élément majeur de la campagne. L’argument qui consistait à mettre la médiathèque en centre ville a fait mouche et cependant il continue à argumenter pour la placer à Prat Marie.

Deuxièmement les marchés publics. Dans un texte il justifie pour la réalisation du parking Gambetta le recours aux entreprises extérieures et pour le marché des chocolats de Noel il critique la nouvelle majorité qui l’a fait. Je vois bien que ces deux affaires sont de tailles différentes mais en politique et je le dis souvent il faut avoir un corps de doctrine auquel se référer et en la matière mon avis est qu’il faut privilégier les entreprises locales. Je renvoie donc dos à dos JC Perez et G Larrat.

Troisièmement l’audit financier. Je ne veux pas alourdir le débat de chiffres et je prendrai juste un exemple, le personnel. JC Perez accuse G Larrat d’avoir augmenté le personnel municipal et G Larrat s’en défend. C’est en fait une mauvaise querelle. Depuis 1986 la ville n’a eu de cesse d’externaliser comme on dit maintenant un certain nombre de ses activités sans jamais réussir à externaliser les personnels affectés. Depuis la création de la CAC elle lui a transféré de nombreuses activités. Faute de lui avoir transféré le personnel elle a du créer de nouveaux emplois . Une question se pose aujourd’hui que fait réellement la mairie puisque la grande majorité de ses activités a été transférée?

Mais revenons au blog. Ainsi à lire G Larrat je me faisais cette réflexion ; comme les émigrés de l’ancien régime il n’a rien appris et rien oublié. Il est étrange qu’il n’ait pas non plus compris que dans une démocratie il faut faire partager ses idées au plus grand nombre
Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 18:57

 

Nicolas Sarkozy nous a habitué depuis le début de son quinquennat a être toujours présent et a faire la une des médias. Cette façon d’être qui compensait une quasi absence de programme en dehors de mesures d’action sociale pour les entreprises dont on peut se demander si elles ne lui ont pas été imposées par ceux qui soutenaient sa candidature s’est aujourd’hui muée en une quasi absence des médias. Cette absence est d’autant plus remarquable que sa cote de popularité baisse et si ses ratés en politique intérieure continuent on peut présager de sa disparition prochaine .

Si on regarde les choses de plus près que voyons nous : Une baisse des charges aux entreprises et le bouclier fiscal pour certains très particuliers. C’est la partie succès de sa politique mais je vous le demande qu’est ce que ça nous a rapporté ? Rien si on compare à la ristourne qui est faite tous les ans à la patronne de l’Oréal qui n’en a pas besoin pour vivre mais qui le vaut bien comme le dit la publicité.

Pour le reste je vous laisse juge. La baisse de la TVA dans la restauration, le service minimum, l’identité nationale, la campagne de vaccination contre la grippe H1N1, des succès ? Remarquez que tous ces sujets ont rapidement disparu des linéaires.

Plus près de nous, pour un président médiatique et réformateur,  la réforme des retraites remise au calendes, son absence aux JO, au tournoi des 6 nations, au salon de l’agriculture, a l’assemblée des maires de France me font dire qu’il s’est mis en retrait suivant par là les sondages qui lui sont défavorables.

On me rétorquera qu’il pousse à la vente de nos fleurons industriels. C’est très partiellement exact. Les grandes entreprises françaises qui vendent à l’étranger sont des multinationales qui fabriquent  une grande partie du produit hors de France. Quelle proportion d’un airbus est française ? De plus ces ventes s’accompagnent d’un transfert de technologie ce qui fait qu’on nous achète un TGV et qu’on produit les autres.

On me rétorquera qu’il a sauvé les banques. C’est encore très partiellement exact. Sans entrer dans les détails, les banques ont fait cette année des profits considérables alors qu’elles étaient soit disant en faillite il y a six mois et elles vont pouvoir distribuer à nouveau des dividendes a leurs actionnaires et à leurs traders. Je serai à la place de Nicolas je me poserai des questions. Obama se les est posées et a décidé de plafonner les primes.

Alors la question qui se pose est N Sarkozy peut il rebondir après l’échec annoncé des régionales ? Je n’ai pas la réponse à cette question mais sa façon d’éviter les médias me laisse penser qu’il y réfléchit. Si je puis lui donner un conseil je lui dirai ceci en politique il faut avoir des convictions et œuvrer pour forger notre avenir collectif.
Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans General
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 12:31

 

Les aménagements routiers, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires sont les éléments essentiels de ce que l’on qualifie d’économies d’échelle. Or, à y regarder de près on notera que certaines des ces compétences sont partagées entre les différentes collectivités.

En ce qui concerne les routes, seules les autoroutes et le réseau routier régional  qui représente 2344Km de voiries sont de la compétence de la région. Ces routes ont pour rôle d’assurer un maillage entre les structures déconcentrées de la région à savoir, les parcs d’activité, les lycées, les zones portuaires et aéroportuaires, les zones touristiques. C’est ainsi que le CR a tracé 20 itinéraires à incidence économique et 16 à incidence touristique.

Les routes départementales et communales dépendent de leur collectivités respectives et

on ne peut que se féliciter de la prochaine réforme des collectivités locales qui va permettre en unissant les CG et les CR de gérer l’ensemble du réseau routier et d’améliorer les connections entre la région et le département. Hélas celle-ci ne prendra effet qu’en 2014.

 

 Les transports ferroviaires quant à eux restent une compétence partagée avec l’état et l’entreprise, la SNCF. La région définit les besoins et paie les matériels roulants , la SNCF organise le service et, en collaboration avec l’état et la région participe à l’amélioration des infra structures. C’est ainsi que seront investis 300M€ pour le contournement de Nîmes en TGV et que seront poursuivis les études en vue d’une LGV Montpellier Perpignan. Face à ce projet il y a celui de R Couderc qui souhaite avoir une gare TGV à l’aéroport de Montpellier et un Tram Métro Rail , c'est-à-dire une navette rail toute les 30 Mn entre Montpellier et Perpignan.

Ces deux projets jouent sur des différences minimes mais occultent la dimension Audoise de la région qui va se retrouver à l’exclusion de Narbonne en dehors du circuit rail.

 

Quant aux ports et aux aéroports ils sont de la compétence régionale depuis le décret du 13 Aout 2004 et la région a accepté de les gérer depuis 2006.

 

Ce qui me surprend le plus c’est la mise à l’écart de l’Aude tant par G Frêche que par R Couderc qui privilégient la voie littorale. Pour y remédier il y a deux solutions :

-      Pousser les études pour que soit réalisée rapidement une LGV de Bordeaux à Marseille ce qui mettrait Carcassonne sur cet axe.

-      Revoir le maillage régional routier afin de l’adapter à la circulation des camions et des voitures. Pour cela, il faudrait mettre en deux fois trois voies l’autoroute Narbonne Villefranche Lauragais. On pourrait commencer par le tronçon Carcassonne Villefranche en accord avec Midi Pyrénées pour la partie sous sa juridiction. Cette seconde solution me parait la plus rapide et la mieux adaptée.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Urbanisme
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 14:00

 

Ce qui aujourd’hui fait la une de tous nos journaux ce sont les élections régionales mais que d’arrières pensées dans un scrutin qui par essence est un scrutin local.

 

Il ya d’abord, à tout seigneur tout honneur, les arrières pensées de notre président qui prépare au travers des listes régionales ses supports pour 2012. Pour cela il a rajeuni ses listes et en LR il a donc préféré Couderc à Jeanjean. Plus près de nous il s’est séparé de G Larrat et d’I Chésa au profit d’un jeune cadre dynamique. Rafraichissant non ?

 

Il y a ensuite M Aubry qui poursuit le même objectif et qui essaie en soutenant Mandroux de se débarrasser de Frêche qui ne lui est pas favorable. Peu lui importe que sa candidate ait des difficultés à construire sa liste et mette en danger la prééminence du parti, elle pense faire grandir son image nationale. Quand aux ténors socialistes qui soutiennent G Frêche , s’est sa succession qu’ils entrevoient. Intrigant non ?

 

Au centre F Bayrou n’est pas non plus en reste. Après avoir fait valider sa tête de liste par ses militants il a tenté d’investir un écologiste, P Drevet aux dépends de M Dufour. Là encore le calcul était le même à savoir apparaitre avec le meilleur score possible en vue des présidentielles mais les adhérents ont fini par le faire plier. Consternant non ?

 

Ce trio a oublié un temps qu’on ne bâtit pas une grande politique en suivant les sondages mais en proposant un contrat cohérent à l’électeur. A tout moment un recours peut se lever qui mettra à mal leurs ambitions. Rassurant non ?

 

A coté de ce groupe de tête il y a ceux qui n’ont aucune chance d’être président. Leur stratégie consiste à occuper le terrain en faisant des propositions médiatiques.

 O Besancenot cultive sa différence en prenant une ou deux femmes portant un foulard, je n’en ai plus le compte. Etonnant non ?

D Cohn-Bendit lui négocie des places pour les prochaines législatives et propose une union avec la liste socialiste aux régionales sur la base d’ une présidence tournante. Amusant non ?

Le front national dont on connait les thèses a été servi avec le débat sur l’identité nationale qui va lui permettre de faire un score. Hilarant non ?

 

En effet n’oublions pas que ces élections seront les dernières avant celles de 2012 et que chacun souhaite marquer son territoire à défaut de défendre son originalité. Lorsque les propositions manquent à ce point on ne peut que penser que notre démocratie est malade.

Attristant non ?

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Philosophie
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 11:07

 

L’ affreux jojo c’est, vous l’aurez compris Georges Frêche actuel président de la région qui s’ingénie depuis des lustres à jouer aux limites du hors jeu en politique et vient de récidiver .

Pour sa dernière campagne, la trentième, cet homme de 71ans joue sur tous les registres et surtout dans la provocation. Certain pensent qu’il est cacochyme mais en réalité ses saillies sont préparées.

Certes il a un bilan, et si il peut se vanter d’un certain nombre de réalisations ce sont surtout ses débordements qui en le maintenant sur le devant de la scène masquent les propositions de ses adversaires et surtout ses propres faiblesses.

Faiblesse en matière écologique qui a vu se constituer une liste verte qui ne lui est pas acquise, faiblesse en matière économique avec une région qui est la dernière en matière de PIB et qui a un chômage de 4 points supérieurs à la moyenne nationale.

Ce qui est encore plus frappant chez cet homme c’est que ses attaques s’adressent en priorité a ses propres amis. Il concentre ses tirs sur M Aubry qui » n’est pas sa tasse de thé », sur H Mandroux qu’il qualifie de « conne » et de « nulle » et dernièrement sur L Fabius qui n’a pas une « tronche très catholique ». Il épargne ses adversaires qu’il tient pour quantités négligeables.

Au-delà d’un bilan en demi teinte mais nous y reviendrons et d’attaques personnelles que d’aucuns estiment au ras des caniveaux, c’est surtout la méthode Frêche que ses proches mettent en cause. Son despotisme a fait fuir nombre de ses amis qui aujourd’hui tentent de l’abattre. Cette opposition est alimentée par l’image que donne G Frêche qui porte sur lui les stigmates de ses ennuis de santé. Si l’aspect physique de cet homme évoque la fin de règne et aiguise les ambitions, l’intelligence reste vive et M Aubry aurait dû y réfléchir à deux fois avant d’envoyer H Mandroux au casse-pipe.

Si cet affrontement se concrétisait, ce qui est loin d’être fait, nul doute qu’il aurait le mérite de clarifier la position de chacun, l’affreux jojo connaitra ses vrais amis, mais cette confrontation affaiblirait le parti socialiste qui risquerait de perdre ces élections.
Pour son  dernier combat l’affreux jojo souhaitait régler sa succession. La position prise par M Aubry engage dans le même temps  l’avenir du parti socialiste . N’oublions jamais que G Frêche qui se définit comme la synthèse de J Jaurès et de C de Gaulle rêve d’un grand parti démocrate entre la gauche  et  la droite, M Aubry et H Mandroux pourraient lui offrir l’occasion de le concrétiser.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans General
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 13:35

 

 

L’artiste, le créateur d’art, est le plus souvent un artisan qui tient à protéger sa création mais, l’arrivée d’Internet à révolutionné son art. Si on comprend qu’il est difficile pour ne pas dire impossible de transmettre par Internet certaines œuvres, je pense à la peinture et à la sculpture il n’en est pas de même pour la musique et les images qui lorsqu’elles arrivent sur internet peuvent être copiés, et plagiés.

La mise en ligne des musiques et des films peut être l’œuvre des auteurs mais aussi des internautes qui échangent par le biais de sites peer to peer  les œuvres qu’ils possèdent.

Pour se protéger du piratage la musique et les images n’offrent pas les mêmes réponses.

 

En ce qui concerne les films les réalisateurs ont trouvé une parade avec la 3D. Je suis allé voir Avatar et il est vrai que cette nouvelle technique nous fait pénétrer au cœur de l’action même si je dois le dire l’achat de la place et la location des lunettes majore nettement le coût de la séance. Il est prévu de refilmer en 3D les dessins animés classiques avant de poursuivre la production de films en 3D. Il faut aussi laisser aux salles le temps de s’équiper pour les projeter.

Télécharger Avatar ou tout autre film 3D pour le voir chez soi n’a rien à voir avec le ressenti dans une salle de cinéma et les diffuseurs espèrent par ce biais réduire ainsi le téléchargement illégal.

 

En ce qui concerne la musique, alors même qu’Internet permet à certains artistes d’émerger, la réponse à la copie est plus diffuse et plus brouillonne.

Le gouvernement s’est impliqué et a créé Hadopi ( haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection internet) qui est chargée de sanctionner le téléchargement illégal. Les sanctions seront des avertissements et peuvent aller jusqu’à la suspension de la connexion assortie d’une amende de 30000€ et éventuellement de 2ans de prison.

Deux choses sont contestables dans ce texte, le recours aux diffuseurs privés pour faire la chasse aux fraudeurs et le fait que la coupure internet peut entrainer une perte de repères sociaux pour l’internaute sanctionné. C’est pour cette raison que notre président vient de proposer la création d’un chèque de téléchargement de 200€ supporté pour moitié par l’état c'est-à-dire nous et par les utilisateurs. Le coût serait de 100 M€ pour les finances publiques mais les utilisateurs ne semblent pas intéressés à payer pour ce qu’ils peuvent avoir aujourd’hui gratuitement et la mesure fera je l’espère un flop.

Je serai plus enclin à croire en l’intelligence des musiciens et des diffuseurs. Déjà certains musiciens évitent de mettre sur disque leur musique tant que les tournées de promotion n’ont pas amorti le coût de leur nouvelle création. Je pense aussi que les diffuseurs devraient chercher des moyens de cryptage ou de nouvelles normes d’enregistrement pour pallier au problème de la copie musicale.

Alors HADOPI ? Une fois encore la réponse aura-t-elle été trop rapide et mal calculée ?

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Culture
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacky GUILLAUME
  • : ANALYSE POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIOLOGIQUE
  • Contact

Recherche

Liens