Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 19:24

 


Dans six jours le premier tour des législatives sera passé. Les sondages nous promettent une large victoire du centre. Du centre ou des centres ? Telle est la question.

Essayons de faire une projection avec tous les aléas du style. On est à peu près sûr que la gauche aura un groupe et peut être deux si le Parti Socialiste se stabilise. A droite deux groupes encore celui des républicains et celui du FN.

Tout le reste est le centre. Mais qui y a-t-il dans ce groupe. 

Il y a les députées de En Marche. Seront-ils majoritaires ? Il y aura aussi le Modem. Bravo Bayrou pour avoir imposé un groupe alors que tous les militants ont déserté. Il y aura aussi l’UDI qui veut constituer un groupe autonome. Il y aura aussi le Parti radical valoisien ou de gauche ou les deux unis. Il y aura aussi une quirielle de micro partis qui auront quelques députés lesquels pourront s’associer pour créer un groupe si cela est possible indépendant des groupes majoritaires.

Comment ce centre constitué d’individualités fortes pourra agir de façon concertée et homogène, c’est la question que je pose en écrivant ces lignes. Résultat des courses dans deux ans.
 
  

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 14:58

 


De même que la cryptonite peut affaiblir et peut être tuer superman la macronite a détruit les partis politiques traditionnels. 

Ils perdurent fantomatiques dans un paysage dévasté en attendant les élections législatives. Cette persistance leur permet d’espérer avoir de nombreux élus ce qui leur vaudrait d’avoir un groupe à l’assemblée et d’infléchir ainsi la politique de Macron s’il ne parvenait pas à avoir une majorité absolue au parlement.

Cette possibilité est réelle car le président élu veut de nouvelles têtes c’est-à-dire qu’il présentera beaucoup d’inconnus. Quel sera leur succès nous le sauront dans cinq semaines.

Quel que soit le résultat final il ne fait pas de doute qu’une recomposition est en marche. Au centre un grand parti très hétérogène et sur les côtés un parti de gauche avec Mélanchon et un parti socialiste croupion et à droite une configuration symétrique avec Le Pen et un petit parti républicain.

Le problème du groupe central et par ailleurs centriste va être de faire travailler ensemble des gens qui pensent différemment et qui se sont si souvent opposés. Le germe de la désunion et de la désillusion est en eux. C’est la macronite qui peut détruire ce mariage de la carpe et du lapin. 
  

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 09:15

 

La campagne des présidentielles s’achève dans l’invective et la confusion et on ne peut pas dire qu’elle nous ait éclairé sur les intentions des candidats.

 

De très nombreux points ont été oubliés et cette campagne s’est faite sur les affaires et sur les images des candidats. Un peu comme au jeu de massacre qui consiste à abattre des boites ou des figurines avec une balle nous nous attendions tous les jours à voir tomber un prétendant.

 

A ce jeu c’est celui qui apparait le plus blanc qui tire son épingle du jeu mais cette blancheur relative n’est due qu’à son inexpérience. Comme je le dis souvent l’homme sans passé n’a pas de passif.

 

Cette apparente virginité est-elle suffisante pour résoudre ou pour le moins contenir les trois grands défis auxquels nous sommes confrontés et dont on n’a pas parlé pendant la campagne ?

 

Premier défi le déficit budgétaire constant qui alimente une dette abyssale qui s’élève à 230 000 000 par jour.

 

Deuxième défi la dette sociale liée à la redistribution excessive et incontrôlée qui s’élève à 1 700 000 000 par jour.

 

Troisième défi l’absence de création d’emplois marchands qui alimentent le chômage. Moins d’un français sur deux est un actif et seuls 25% ont un emploi dans le secteur marchand.

 

Mais qui a parlé de tout cela ? Ces questions réapparaitront très vite après l’élection et il faudra les résoudre ou mourir.

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 18:30

 

 

 

Il semble à peu près acquit que notre prochain président sera E Macron. C’est donc à nouveau un président de gauche qui sera aux commandes les cinq prochaines années.

 

Tout s’est joué sur l’habileté du candidat qui réussit à ne pas se laisser enfermer à droite ou à gauche mais, si on lit bien son programme, on retrouve comme dans toutes les propositions de gauche de nombreuses mesures de redistribution dont le financement reste encore flou.

 

Traditionnellement la gauche classique associait redistribution et effort fiscal. L’originalité d’E Macron a été de financer tout cela grâce à ce qu’il est convenu d’appeler la nouvelle économie.

 

Tout en effet sera possible travailler, à condition de créer son emploi ; partir à la retraite quand on veut, sans savoir quel sera le montant de celle-ci ; faire 30h hebdomadaire ou 40, mais avec quel salaire ?

 

C’est cet aspect novateur et qui parait moderne qu’il a conquis les plus jeunes aspirés par cet élan de liberté et les plus âgés qui voient ainsi un espoir se dessiner pour leur progéniture. Mais si on y regarde de plus près jamais les conséquences des choix de chacun ne sont évoquées et c’est là qu’est l’illusion.

 

Je souhaite que le désamour qui arrivera lorsque la réalité rattrapera les promesses ne soit ni trop rapide ni trop criant sinon on ira soit vers des manifestations soit vers une radicalisation.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 10:50

 

 

 

Si dans ces élections présidentielles on identifie bien les partis de gauche (Hamon et Mélenchon) ainsi que les représentants de la droite (Fillon, Dupont-Aignan, Le Pen) la mouvance centriste peine à se démarquer.

 

Traditionnellement il y avait deux centres, un centre gauche constitué par le PRG et quelques sociaux-démocrates et un centre droit représenté par l’UDI et les gaullistes sociaux.

 

Qu’en est-il aujourd’hui ? Faute d’une offre claire l’UDI s’est alliée à Fillon. Ce positionnement a ouvert la voie à Macron qui de social libéral a étendu son influence jusqu’au centre gauche inclus ce qui a permis à Bayrou de le rejoindre.

 

Le centre droit, l’UDI, éclate entre ceux qui rejoignent Macron certains par opportunisme et d’autres par philosophie et ceux qui ne peuvent faire autrement que de soutenir Fillon car leur ralliement signerait leur disparition.

 

Ainsi faute d’avoir accepté de combattre l’UDI se trouve en difficulté et la question de son avenir se pose. Si Macron est élu englobera-t-il le centre droit ? Si Fillon est élu le centre droit sera-t-il fondu dans les républicains ? Un avenir autonome est possible, il faudra du courage et de la détermination pour y parvenir.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 08:06

 

 

F Bayrou vient de se déterminer et appelle à voter E Macron. Pour moi c’est une surprise. J’avais pensé qu’il allait se présenter une quatrième fois mais je me suis trompé.

 

Sur le plan des idées F Bayrou a toujours eu des analyses juste de l’état de la France même si bien souvent il ne proposait pas de remèdes.

Sur le plan stratégique il s’est systématiquement trompé, en refusant de s’allier à S Royal d’abord puis en rejoignant ensuite F Hollande.

Ces deux erreurs lui ont couté sa crédibilité et aujourd’hui le Modem est un parti moribond sans cap et sans troupes.

 

En se rapprochant de E Macron il vient de faire un nouveau pari, celui d’exister d’abord et d’avoir un poste ministériel ensuite. Cest la fin du rêve présidentiel pour F Bayrou.

 

Réussira-t-il son pari confronté à S Royal, et quelques dissidents du chiraquisme qui ont eux aussi les dents longues ? Ce qui m’inquiéterait le plus si j’étais macroniste c’est le choc fontal qui ne manquera pas d’arriver entre ces deux hommes à l’égo surdimensionné choc titanesque destructeur.

 

La question qui se pose est comment cette cohorte qui ressemble de plus en plus à l’armée mexicaine peut convaincre et ensuite gouverner ? Un mystère.

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 09:47

Les élections présidentielles qui approchent vont voir refleurir le mot « reports ». On est tous conscients qu’aucun des candidats ne peut gagner seul et qu’il doit comme c’est l’usage rassembler au-delà de son camp.
Envisageons donc divers scénarios.

Premier scénario Mélanchon est en tête derrière Marine le Pen. Au second tour s’agrègeront à  lui les électeurs écologistes, ceux de B Hamon et le flanc gauche de Macron soit d’après les sondages récents 13% de Mélanchon et 15% de B Hamon plus 6% d’écologistes et la moitié de Macron soit 11% ce qui donne un total de 45%.
Même cas de figure si c’est Hamon second.

Deuxième scénario Macron est second. Vont s’agréger à lui les voix de Mélanchon (13%) de Hamon (15%) des écologistes (6%) les siennes propres (22%) et quelques voix de Fillon (8%) soit un total de 64%.

Troisième scénario Fillon est second. Il va agréger à lui quelques voix de Macron (11%), quelques voix de Hamon et de Mélanchon (14%) et quelques voix écologistes (3%) soit un total de 46%.

Quatrième scénario M le Pen est en tête avec 25% des voix elle recevra peu de voix supplémentaires au second tour. Celles de Dupont-Aignan (4%) et quelques voix de Fillon (9%) soit un total de 38%.

Ces scénarios hypothétiques montrent que Macron est en position de force mais il n’a ni parti ni programme ni l’expérience de l’administration qui gouverne en réalité ce pays, une administration rétrograde et inadaptée aux réalités. Comment ferra-t-il ? 
Qui va le rejoindre pour l’aider dans sa tâche ? Avec quelle majorité va-t-il gouverner ? Pour faire quelle politique ?  Celle qu’il a inspiré à F Hollande et qui est un échec ou la sienne qui est l’uberisation de notre société ?

Ainsi voter Macron s’est se jeter dans le vide sans parachute et sans but. Alors souhaitons-nous bonne chance….

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 11:43

Depuis une bonne quainzaine de jours le Pénélope gate est présent sur tous les médias.On ne peut qu’être sidéré par la médiocrité des arguments avancé par la défense. Je ne sais pas qui est chargé de la communication dans l’entourage du candidat mais on peut dire que c’est un échec.

 

Contester les affirmations du Canard Enchainé nécessitait de fournir au plus vite les preuves de l’activité de Pénélope. A ce jour personne ne les a encore.

Il aurait été plus simple de reconnaitre l’erreur de l’avoir embauchée sans contrat et de l’avoir surpayée. A vouloir à tout prix apparaitre comme le chevalier blanc il a laissé du temps à ses détracteurs pour accumuler des preuves et aujourd’hui que peut il faire ?

 

Dire qu’il a commis des erreurs ne suffira pas. La polémique s’est trop développée. Ce qui choque dans cette affaire ce sont les sommes mises en jeu et cette mauvaise musique d’enrichissment personnel qu’il ne parviendra pas à gommer.

 

Deux choix s’offrent au candidat, résister ou partir. Résister c’est mettre son camp en difficulté. Il ne gagnera pas les présidentielles et le groupe parlementaire sera réduit. Un échec donc.

Partir il peut le faire et sortir la tête haute de ce bourbier Il peut même en sortir avec panache en désignant son remplaçant.C’est ce que je lui conseille de faire rapidement sous peine d’un échec cinglant pour son camp.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 16:54

Je m’amuse beaucoup à entendre sur toutes les antennes parler de crise de régime. Je pense que cette affirmation est fausse ; en effet dans quel pays un président crédité de 13 à 15% d’opinions favorables pourrait continuer à gouverner.

Dans un pays anglo-saxon il aurait fait au moins l’objet d’un vote de défiance voir d’une procédure « d’empeachement ». Cette procédure de destitution nécessite un vote à majorité simple par la chambre des représentants, notre parlement. C’est ainsi que le président Nixon a été renversé.

Chez nous, et chacun peut le vérifier le gouvernement continue de gouverner et de présenter des projets auprès du parlement. Au pire en cas de blocage le premier ministre pourra utiliser le 49-3 pour les faire passer.

C’est là que l’on voit que notre régime politique, longtemps décrié par la gauche est en fait très solide, d’ailleurs personne n’a voulu le modifier.

Dans ces conditions peut-on encore parler de crise de régime ?

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 09:24

Hier 19 Aout un article de J Attali puis l’émission « C à dire » ont abordé le problème de la croissance. En fait, de quoi parle-t-on ? L’économie française est en panne et cela se traduit par une absence de croissance et une augmentation du chômage mais, ces deux problèmes ne sont pas totalement liés.

La croissance c’est l’augmentation de la richesse nationale donc du PIB. La croissance étant nulle signifie que nous ne produisons pas ou que nous ne vendons pas assez de produits ou de services soit qu’ils ne sont pas adaptés au marché soit qu’ils soient concurrencés par des produits moins chers.

Pour relancer la croissance il faut soit réduire le prix de nos produits ce qu’on appelle de façon voilée relancer la productivité soit créer de nouveaux produits en relançant la recherche et le développement. Cette option la seule pérenne sur le long terme prendra du temps. On peut artificiellement et à très court terme relancer la machine en augmentant le pouvoir d’achat des ménages mais ceci n’est pas actuellement le cas.

Admettons que la croissance redémarre, il n’est pas du tout sur qu’elle ait une incidence sur le chômage en effet les entreprises actuelles créent beaucoup de richesses et peu d’emplois témoins Google ou Apple. Réduire le chômage est donc un autre problème car on ne reverra plus de création d’entreprises ayant des milliers d’ouvriers comme cela a pu être le cas dans les années 60 avec la Régie Renault. La solution réside dans la multiplication de petites unités PME, PMI, SCOP de moins de 50 employés. Implantées localement elles permettent de faire vivre de nombreuses familles.

Ainsi voit-on une fracture du paradigme « Croissance égale Emploi ». Nous entrons dans une nouvelle ère qui aura de multiples implications et je voudrai en développer une. Si on se lance dans une politique de l’offre on accroitra le PIB, donc les recettes de l’état mais on aura beaucoup de chômage qu’il faudra prendre en compte et si on favorise les entreprises locales on aura une croissance moins soutenue ce qui imposera une réduction des dépenses d’état mais on aura moins de chômage et donc une meilleure cohésion sociale. Pourrait-on faire les deux ?

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacky GUILLAUME
  • : ANALYSE POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIOLOGIQUE
  • Contact

Recherche

Liens