Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 07:33

J’ai écouté les vœux du président et deux choses m’ont surpris. Tout d’abord il a qualifié le sommet de Copenhague de succès alors que pour B Obama c’est un bon début et pour les verts un échec retentissant. Alors que penser ?

 

Copenhague qui est le 15° sommet depuis celui de Rio en 1992 fait suite au sommet de Kyoto qui couvrait la période de 1997 à 2012.

Ce dernier sommet limite son impact au seul réchauffement climatique et, de tous les gaz susceptibles de l’induire on ne s’attaque qu’au seul carbone et on néglige les autres (méthane,  CFC etc..)

Ce sommet ne traite que du climat qualifié de bien commun mondial. Il laisse de coté les pollutions industrielles et toxiques comme les fumées, les poussières, les pesticides qui polluent, les aliments ainsi que l’eau, et l’air qui sont aussi il me semble des biens communs.

De ce  point de vue Copenhague est le successeur de Kyoto qui avait limité son impact aux seules émissions de carbone, Kyoto qui n’a pas atteint son objectif de réduire la pollution carbonée de 5% et, c’est bien parce que les objectifs de Kyoto n’ont pas été atteints qu’à Copenhague il n’a pas été fixé d’objectif chiffré contrairement à ce qu’a affirmé N Sarkozy et le que le seul point qui a pu trouver un accord est que la température n’augmente pas de plus de 2°.

Comme à Kyoto chaque pays ou groupe de pays gérera son programme. Pour l’Europe le programme régional des accords de Kyoto s’intitulait 20/20/20. Il n’a pas été atteint. N Sarkozy aurait souhaité qu’un contrat 30/30/30  soit signé mais cela ne s’est pas fait.

Comme à Kyoto les grands pollueurs pourront continuer à acheter à des pays peu polluants leurs droits à polluer mais, il n’a pas été créé une Organisation Mondiale de l’Environnement chargée du contrôle des résultats ni de sanction pour les contrevenants.

Dés lors comment sans objectif chiffré, sans contrainte ni contrôle et sans contrepartie allons nous agir sur la pollution ? Mystère.

Le président, a ensuite parlé de la taxe carbone dont il comptait faire supporter l’intégralité du coût aux seuls ménages mais qui a été rejetée par le conseil constitutionnel. Une fois encore on voit dans cette taxe la marque Sarkozy qui consiste a épargner les plus gros et a taper sur les plus faibles.

Qu’elle crédibilité peut avoir un élu qui ne se préoccupe pas du bien commun mais agit en chef de clan ? Aucune de mon point de vue.

Mais revenons à l’essentiel, la pollution dont je suis sur qu’elle va continuer, jusqu’à quand ? Jusqu’à l’épuisement des combustibles fossiles dans 50 à 100 ans. Alors que faire ? Si il est bien d’essayer de réduire les émissions des polluants et pas seulement du carbone la recherche scientifique devrait aussi  chercher et trouver les moyens d’en réduire les effets. C’est je crois la voie d’avenir

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans General
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 15:22

 

Dans un article d’Aout 2009 le Canard Enchainé s’est fait l’écho des travaux d’un chercheur marseillais démontrant dans un article publié par Nature que les lactobacilles introduits dans la plupart des préparations lactées étaient en cause dans l’apparition et l’extension d’une véritable épidémie d’obésité infantile.

 

Dans un premier temps, il s’est aperçu que ces fameux lactobacilles que Danone définit comme de bonnes bactéries étaient données comme complément alimentaire dans les élevages de porcs depuis plus de 10 ans afin de leur faire prendre un surpoids de 10% environ.

Il a retrouvé ces mêmes bactéries dans les pots de Yaourt et d’Actimel conformément à la publicité.

Il les a aussi retrouvées en nombre très élevé chez des enfants en surpoids comparativement à un groupe d’enfants normaux.

Il en conclue donc à leur nocivité et propose deux voies d’analyse : La première , à débuter rapidement serait de réaliser une étude pour prouver leur rôle réel, étude qui n’a jamais été réalisée et qui peut déboucher sur bien des surprises.

La seconde est de savoir dans l’hypothèse où elles auraient un rôle quels dosages pourraient être autorisés pour que ces bactéries aient le moins d’effets nocifs surtout sur les populations infantiles notamment.

 

Ainsi à la surprise générale dans un pays où tout est normé un produit est passé au travers des mailles de la réglementation. Ce n’est pas le seul, en ces temps de Noel, de nombreux jouets sont régulièrement enlevés des rayons du fait de leur toxicité et de leur dangerosité ce qui parait surprenant.

Il me parait pourtant assez simple de créer une structure qui à l’échelle de l’Europe contrôlerait avant leur mise sur le marché les différents produits importés, car on peut supposer que les entreprises européennes suivent la réglementation. Ce thème pourrait être le sujet de réflexion d’une commission européenne ad hoc mais en attendant nous continuerons à engraisser nos enfants comme des porcs.

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 16:41

 

L’interdiction de construire des minarets en Suisse a déclenché un tollé chez certains bien pensants surpris par un résultat qu’ils n’avaient pas su prévoir. Si celui-ci avait été inverse ils auraient applaudi des deux mains, mais cette hypothèse était elle réaliste ?

 

Dans ce petit pays qui s’est toujours tenu hors de la scène internationale, neutralité oblige, dans ce petit pays replié sur lui-même et obligé de cultiver sa propre identité nationale construite sur la cohésion de cantons culturellement différents ce referendum a été vécu comme une agression à leur cohésion sociale.

 

Cet échec marque aussi les limites de la démocratie directe. La démocratie ce n’est pas suivre les vœux de l’opinion de façon aveugle mais agir en amont pour expliquer ses orientations politiques de façon à dégager une majorité.

 

Un tel problème aurait il pu se poser en Europe. A priori non si on se réfère à la réponse donnée par le conseil de l’Europe qui a statué sur la présence de crucifix dans les salles de classe italiennes. Dans sa réponse on lit entre autre cette phrase extraite de son arrêt : « L’état doit s’abstenir d’imposer des croyances dans des lieux où les personnes sont dépendantes de lui ». Cette phrase va bien au-delà de l’idée généralement admise que la religion doit être dans les pays laïques du domaine personnel et privé. En effet la notion de lieu peut se concevoir de façon réduite comme limitée aux seuls édifices recevant du public mais peut aussi s’étendre à tous lieux non privés comme les rues, les places etc…ce qui étend considérablement le domaine public.

 

Ce référendum aura-t-il des conséquences ? Il faut souhaiter que non, pour les populations chrétiennes d’Orient et pour les populations musulmanes en Occident. Certains ont parlé au vu du résultat, de réciprocité des droits en Orient et en Occident. Je pense que c’est une mauvaise analyse et que nous devons nous maintenir dans le strict cadre de la laïcité, c'est-à-dire que le fait religieux doit être un acte personnel indépendant du fait politique aussi Mr Kouchner aurait il mieux fait de se taire et le  prosélytisme religieux doit être combattu  par la loi.

C’est cette intransigeante vigilance qui permettra la cohabitation des cultes.  A bon entendeur salut.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Philosophie
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 16:17

 

On assiste depuis quelques temps à une reprise en main de l’ensemble de la vie politique.

 

Tout d’abord on voit une vraie remise en cause de la décentralisation. Certes on peut la trouver incomplète et surtout de mon point de vue incohérente mais elle a le mérite d’exister , de rapprocher le citoyen des centres de décisions et surtout elle peut être améliorée. Rien ne justifie de revenir dessus et c’est pourtant ce qui risque de se produire dès lors que la taxe professionnelle d’une part et les taxes d’habitation et foncières auront disparu.  Supprimer les recettes propres des communes, des départements et des régions alors même que le gouvernement  continue à transférer les charges qu’il ne peut plus assurer c’est obliger les collectivités territoriales à quémander des subsides auprès de l’état état dont on sait qu’il accumule les dettes sans parvenir à boucler son budget.  Les aides allouées le seront selon des critères probablement très subjectifs et partiaux.

 

Plus pervers encore est le mode de scrutin envisagé pour élire les nouveaux conseillers territoriaux qui devraient remplacer les conseillers municipaux, généraux et régionaux. Alors que notre tradition républicaine est basée sur le scrutin uninominal à deux tours, scrutin qui rapproche l’électeur de son élu voilà que nous voterons bientôt à la proportionnelle. Une proportionnelle  relative car la liste arrivée en tête se verrait créditée de 80% des sièges les autres listes se partageant les 20% restant. Ce mode de scrutin avantagera le seul parti structuré qu’est l’UMP, même si la cohésion qu’il affiche, qui va de la droite ( De Villiers) au centre ( Morin), est une cohésion de façade. La Gauche qui part traditionnellement  en ordre dispersé au premier tour et se regroupe au second chose  ne pourra plus le faire demain sous peine de déroute électorale.

 

Cette reprise en mains qui va à l’encontre de ce que nous connaissons depuis plus de trente ans recentra lise toute la politique à Paris et notre président se comporte à la manière de nos derniers monarques. Il détiendra bientôt le pouvoir absolu car tel est son bon plaisir et que personne n’a la capacité de s’y opposer mais n’oublions pas que notre dernier roi, Louis 16 a fini guillotiné.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 07:14

 

Entamer un débat sur l’identité nationale à l’heure de la mondialisation apparait totalement surréaliste. Aujourd’hui et demain plus encore les hommes se déplacent sur l’ensemble des continents pour travailler, se nourrir, se marier. Que veut dire la notion d’identité nationale pour un français travaillant en Chine ou inversement ?

 

Tenter de réduire l’homme à son identité c’est l’enfermer dans des limites qui seraient immuables. Il faut ici noter  que tous ceux qui dans l’histoire ont tenté de le faire sont allés aux extrêmes.

L’identité d’un groupe de population est elle d’ordre physique ? Non. Hitler avait défini l’identité aryenne et à contrario l’identité juive et on sait ce qui c’est passé ensuite. Le Ku Klux Klan avait défini l’identité noire et était le chantre du ségrégationnisme.

L’identité d’un groupe est elle d’ordre religieux ? Non. L’inquisition a chassé les déviances cultuelles des cathares et autres incroyants et dressé des français contre des français, les guerres de religion ont fait de même.

L’identité d’un groupe est elle d’ordre politique ? Non. Les pays de l’Est ont tenté par tous les moyens de se maintenir dans un créneau idéologique rétrograde et ont fini par échouer.

L’identité est elle d’ordre culturel ? Oui si on prend la notion de culture de façon élargie comme le faisait déjà en 1793 la constitution qui affirmait : Article 4. - Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis ; - Tout étranger âgé de vingt et un ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année - Y vit de son travail - Ou acquiert une propriété - Ou épouse une Française - Ou adopte un enfant - Ou nourrit un vieillard ; - Tout étranger enfin, qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l'humanité - Est admis à l'exercice des Droits de citoyen français. Certes la définition a un peu vieilli mais peut se réactualiser. Alors pourquoi ce débat si tout a été déjà dit ? .

J’y vois essentiellement  2 mobiles.  Le premier c’est de se différencier de la gauche qui a de l’identité française une vision plus large que la droite et donc de créer si le débat s’engage un vrai clivage idéologique en période électorale.

 

La seconde motivation me parait être de pouvoir mieux réguler la redistribution sociale. En effet devant l’explosion des dépenses sociales on pourrait décider de limiter les aides aux seuls nationaux dés lors que l’on saurait comment les reconnaitre. Donc ce débat n’est pas aussi anodin qu’on pourrait le penser.

 

E Besson pense peut être que seules les personnes détenant une carte d’identité nationale sont françaises ce en contradiction avec notre histoire. Qu’il en fasse  le thème d’un prochain référendum, après les régionales bien sur. Le résultat pourrait le surprendre.
Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 10:39

Ségolène Royal vient une fois encore de prendre date en faisant accorder par son Conseil Régional un chèque contraception aux lycéennes.

 

N’oublions pas qu’elle était déjà en 1999 à l’origine de la distribution de la pilule du lendemain par les infirmières scolaires et que cette mesure avait suscité bien des émois.

 

Aujourd’hui, c’est en se fondant sur l’existence de grossesses non souhaitées chez les mineures ; on en répertorie 6000 cas par an ; et sur le recours fréquent de ces dernières à l’IVG pour sortir de l’impasse où elles se trouvent qu’est proposé le Passe- Contraception.

 

Ce dernier sera là encore attribué aux infirmières scolaires, charge pour elles après un dialogue avec l’élève, de le délivrer. Ce passe permettra alors à l’élève de consulter son généraliste et d’obtenir de lui la prescription de la pilule.

 

Cette mesure est somme toute logique pour deux raisons.  la première est que les jeunes filles préfèrent se confier à une personne neutre qu’a leurs parents pour des problèmes intimes . La seconde est que l’IVG est encadrée et ne peut être réalisée au-delà de la Douzième semaine de grossesse ce qui est un délai court c’est de plus une épreuve douloureuse sur le plan affectif qui nécessite d’être entourée.

 

Depuis cette prise de position une polémique s’est développée conduite en partie par le ministre de l’éducation qui n’y est pas favorable. Il n’est pas contre la mesure mais il estime que c’est aux CMS de mettre en œuvre la contraception. D’un point de vue pratique, il est tout de même plus facile pour les élèves de voir l’infirmière scolaire qu’elles croisent régulièrement dans leur collège.

 

Cette prise de position de Luc Chatel va limiter pour l’instant à la seule région Poitou Charente la mise en œuvre de la mesure. Gageons que devant son succès elle sera étendue aux autres régions . Affaire à suivre donc.
Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 17:22

 

 

On entend souvent dire que la droite est structurée et la gauche désorganisée. Il est vrai que d'un coté on a une structure omnipotente qui s'étend de l'extrême droite au centre gauche et qui pour peu qu'on n'y prenne garde engloberait encore volontiers quelques personnalités socialistes voire même des membres du NPA et, de l'autre coté on a une multitude de chapelles attachées à leurs idéaux mais prêtes à en discuter .

Sur le terrain cependant on constate que l'UMP est traversé de courants divergents alors que les petites chapelles font tout pour aborder unies au deuxième tour les combats électoraux.

C'est ce qui s'est passé à Carcassonne où nous avons eu lors des dernières municipales une droite divisée alors que l'ensemble des forces de gauche se rassemblait et allait au delà de la gauche traditionnelle pour vaincre.

Si on regarde d'un peu plus près l'état de la droite locale on y reconnaît deux courants, un courant libéral qui est celui de notre président dont la représentation locale a été le fait de G Larrat et de ses colistiers et un courant plus classique, plus populaire qui n'a cessé de dénoncer les errements et le caractère irréel du programme qui nous était proposé. Cependant c'est le courant le plus libéral, le plus orthodoxe qui a eu l'investiture au détriment du courant le plus réaliste et le résultat a été l'échec.

Demain, se profilent les élections régionales et, on retrouve le même type de division. Du coté de la gauche, après quelques velléités d' E Andrieu, l'union s'est faite autour de G Frêche alors même qu'il est exclu du parti socialiste. A droite on retrouve deux candidats, le candidat adoubé, R Couderc et un candidat moins orthodoxe, C Jeanjean qui semble vouloir aller au bout de sa démarche. Comment dés lors qu’elles se déchirent les équipes de droite peuvent elles penser gagner.

En définitive, même à l’échelon national, l'UMP affiche une unité de façade, unité obtenue par un verrouillage de toute  idée différente de la doctrine que nous distille jour après jour notre président alors même que les courants plus traditionnels et plus en phase avec le pays existent et ne peuvent s'exprimer.  Cette attitude hégémonique d’un courant risque d'aboutir à l'explosion du parti . Pour notre part nous préférons aux injonctions l'union c'est à dire le dialogue et le consensus autour de projets concrets.

 

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans General
commenter cet article
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 18:23


Le monde bouge, change, se transforme et, si nous n'y prenons pas garde évolue à notre insu.

Qui se souvient encore de l'école d'autrefois, celle où la blouse était obligatoire, où on inspectait vos mains avant d'entrer pour s'assurer de leur propreté?

Qui se souvient sans mélancolie des punitions qu'il a pu récolter soit sous forme de lignes à écrire soit sous forme d'heures de colle?

Qui se souvient encore que les élèves étaient notés, qu'ils étaient classés trimestriellement et que leurs absences étaient signalées à leurs parents qui devaient remplir le mot d'excuses?

Personne me semble t-il car cela a peu à peu disparu.

Aujourd'hui ce ne sont pas les mains qui sont inspectées mais les cartables pour s'assurer qu'ils ne contiennent pas d'armes.

Aujourd'hui ont aussi disparu le respect pour les professeurs dans le même temps que sont apparues les insultes puis les agressions au point qu'il est envisagé de mettre un vigile dans chaque école.

Aujourd'hui ont disparu les contrôles des connaissances et si on se félicite tous les jours du taux de réussite toujours plus élevé au bac on oublie que 150 000 jeunes quittent l'école sans diplôme et sans emploi.

Un nouveau pas vient d'être franchi en instaurant une prime à la présence dans certains lycées. Indexer cette prime sur les résultats scolaires m'aurait paru plus juste mais, c'était remettre en vigueur les notations, les classements et revenir en quelque sorte à la distribution des prix de fin d'année ce qui apparaît à certains comme le signe d'une insupportable contrainte.

Etre présent ne signifie ni être attentif ni être réceptif ce d'autant qu'une étude récente nous apprend que 47% des jeunes utilisent leur portable en cours. Apprendre doit être la finalité de l'enseignement. Apprendre nécessite un investissement personnel et, ce n'est pas en abaissant toujours plus les niveaux que l'on améliore l'apprentissage.

Une société qui évacue toute contrainte court à sa perte. Pourquoi n'irait on pas plus loin en accordant  le diplôme de fin d'année des le début des cours? Une idée à piocher assurément.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Education Formation
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 08:00

Chacun le sait ou devrait le savoir, nous allons subir cet hiver deux vagues de grippe. La première, la grippe porcine ou grippe mexicaine ou grippe AH1N1 est une virose très contagieuse mais bénigne.

La seconde vague qui nous touchera en Novembre Décembre est une grippe classique qui tuera plusieurs milliers de personne en France et dans le monde.

Dans la chaleur de l’été, la médiatisation à outrance de la grippe porcine en se basant sur des informations partielles et souvent erronées a amené nos politiques à commettre des bourdes. Ainsi pour notre part avons-nous acheté pour un milliard de doses d’un vaccin sans savoir si il serait prêt à temps, ni si il serait efficace, et sans en connaitre les inconvénients et les risques.

Aujourd’hui, alors que nous savons le caractère bénin de cette grippe porcine et que nous entrevoyons les risques de la vaccination notre ministre de la santé se retrouve avec un vaccin dont personne ne veut. Elle multiple les annonces à la télévision et tente d’imposer la vaccination aux professionnels de santé sans grand succès à ce jour.

D’un autre coté la grippe « saisonnière » qui surviendra un peu plus tard n’est pas, malgré qu’elle soit plus dangereuse, autant médiatisée mais il est vrai que notre chère Roselyne n’a pas à écouler de stock de vaccin pour cette dernière.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle mésaventure arrive à un de nos ministre et, sans remonter bien loin, nous savons tous que les masques commandés pour lutter contre une épidémie de SDRA ont pourri dans des réduits de stockage.

C’est pourquoi je dis pauvre Roselyne, combien de doses de vaccins vont devoir être détruites si elles ne sont pas utilisées ? Qui va payer l’addition, l’état dont on connait le déficit ou la sécurité sociale dont on connait les difficultés financières ?

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Santé
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 09:46

 

 

L’air et l’eau, sources de vie, besoins essentiels devraient être gratuits. Pour ce qui est de l’air qui est présent partout c’est encore le cas. Pour l’eau, il est nécessaire de la puiser, puis de la traiter, et enfin de la transporter ce qui a un coût, coût d’autant plus élevé que son captage est difficile et quelle est plus polluée

Les captages de surface ou en nappe peu profonde, relativement faciles imposent de traiter les eaux. Il faut enlever les nitrates et les pesticides qu’elles contiennent. Les prélèvements profonds sont techniquement plus difficiles mais ramènent une eau plus pure qui nécessitera moins de traitements. On comprend mieux dés lors que le prix de l’eau varie dans le grand sud entre 2,58€ à Foix et 5,24€ à Lectoure. A Carcassonne le prix est dans la moyenne et l’eau coute 3,23€ du m3.Ce prix est composé pour moitié du prix de l’eau proprement dit et pour moitié des charges liées à l’assainissement car il faut le savoir, l’eau est l’aliment le plus contrôlé. Elle subit des analyses constantes afin d’être potable mais aussi afin d’avoir meilleur goût.  Il faut aussi prendre en compte les taxes diverses en augmentation constante et aussi la gestion des eaux usées, leur collecte et leur traitement, c'est-à-dire le réseau du tout à l’égout et les stations d’épuration.

Devant la hausse constante du prix de l’eau  certains on voulu réformer son mode de gestion qui peut être directe ou concédée. Dans le cas d’un affermage et, selon le contrat , le concessionnaire se contente de maintenir le réseau en état plutôt que de réaliser les investissements nécessaires. On assiste donc à un « pétassage » régulier des canalisations, ainsi à Carcassonne, où la société fermière est Veolia, la rue Frédéric Soulié est régulièrement ouverte pour réparer une des plus vielle conduite d’amener des eaux de la ville. Parallèlement le réseau d’évacuation est laissé en l’état et il faut savoir qu’à Carcassonne ce réseau est dans de nombreux quartiers un monotube qui collecte les eaux pluviales et les eaux usées dont on connait ses limites les jours de gros orages.

Une question se pose alors que faire pour mieux gérer la ressource ? On peut porter à cette question deux réponses une réponse écologique et une réponse économique, les deux pouvant se combiner. La réponse écologique consiste à réduire les pollutions, essentiellement agricoles en recourant à l’agriculture raisonnée d’une part et à un plan de protection des captages interdisant l’utilisation de chimiques dans un certain périmètre autour de celui-ci. L’eau prélevée étant moins polluée, son coût baisse. En ce qui concerne les évacuations il faut séparer le réseau pluvial du réseau domestique et, certains vont plus loin en séparant dans le réseau domestique les eaux noires des eaux claires.

La réponse économique consiste à réaliser les investissements nécessaires, remise à niveau de la tuyauterie, suppression du plomb, amélioration des performances des centrales d’épuration. Reste pour ce volet la question du comment. Tout d’abord, il faut que la gestion soit globale et non dissociée comme c’est le cas dans l’affermage.

Ensuite se pose le problème de la délégation de service public, anciennement nommée concession ou de la régie, problème plus idéologique que réellement économique. Quoi qu’il en soit pour ce simple problème on se rend compte, une fois encore, du mauvais choix de gestion que la ville en son temps a fait. Demain il faudra renégocier le prix de l’eau. C’est possible il suffit d’avoir un peu de volonté.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Ecologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacky GUILLAUME
  • : ANALYSE POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIOLOGIQUE
  • Contact

Recherche

Liens