Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 09:24

Hier 19 Aout un article de J Attali puis l’émission « C à dire » ont abordé le problème de la croissance. En fait, de quoi parle-t-on ? L’économie française est en panne et cela se traduit par une absence de croissance et une augmentation du chômage mais, ces deux problèmes ne sont pas totalement liés.

La croissance c’est l’augmentation de la richesse nationale donc du PIB. La croissance étant nulle signifie que nous ne produisons pas ou que nous ne vendons pas assez de produits ou de services soit qu’ils ne sont pas adaptés au marché soit qu’ils soient concurrencés par des produits moins chers.

Pour relancer la croissance il faut soit réduire le prix de nos produits ce qu’on appelle de façon voilée relancer la productivité soit créer de nouveaux produits en relançant la recherche et le développement. Cette option la seule pérenne sur le long terme prendra du temps. On peut artificiellement et à très court terme relancer la machine en augmentant le pouvoir d’achat des ménages mais ceci n’est pas actuellement le cas.

Admettons que la croissance redémarre, il n’est pas du tout sur qu’elle ait une incidence sur le chômage en effet les entreprises actuelles créent beaucoup de richesses et peu d’emplois témoins Google ou Apple. Réduire le chômage est donc un autre problème car on ne reverra plus de création d’entreprises ayant des milliers d’ouvriers comme cela a pu être le cas dans les années 60 avec la Régie Renault. La solution réside dans la multiplication de petites unités PME, PMI, SCOP de moins de 50 employés. Implantées localement elles permettent de faire vivre de nombreuses familles.

Ainsi voit-on une fracture du paradigme « Croissance égale Emploi ». Nous entrons dans une nouvelle ère qui aura de multiples implications et je voudrai en développer une. Si on se lance dans une politique de l’offre on accroitra le PIB, donc les recettes de l’état mais on aura beaucoup de chômage qu’il faudra prendre en compte et si on favorise les entreprises locales on aura une croissance moins soutenue ce qui imposera une réduction des dépenses d’état mais on aura moins de chômage et donc une meilleure cohésion sociale. Pourrait-on faire les deux ?

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:37

En ces temps difficiles, des hommes et des femmes de pouvoir n'ont pas su répondre aux attentes, souvent modestes, de leurs concitoyens et ont été battus. Si à l'échelle nationale, le désaveu est patent, à Carcassonne aussi, ce défaut d'écoute et d'attention a joué lors de ces dernières élections.

Ces circonstances exceptionnelles, qui nous ont amenés au pouvoir, exigent de nous plus d'efforts, plus d'attentions, plus de réactivités. Nous devons être présents partout et toujours, nous devons développer plus de convivialité et plus de solidarité.

C'est un immense travail qui attend la nouvelle équipe. Si les objectifs sont approchés, les moyens pour les atteindre restent encore à définir. Rigueur dans la gestion, concertation au travers de réunions de quartier, démocratie participative peuvent constituer une base de réflexion pour que Carcassonne retrouve tout son rayonnement.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 19:53

A lire les propos de JC Perez dans la presse locale je m’aperçois qu’il apparait de plus en plus souvent comme le lièvre de la fable. Après avoir vagabondé la plus grande partie de son mandat goutant à l’herbe tendre et aux plaisirs de la vie il a revêtu depuis quelques mois la tenue d’honorabilité et de responsabilité qu’il n’aurait jamais dû quitter.

C’est ainsi que des travaux, pas toujours bien coordonnés ont été engagés, tentant d’apparaitre par les contraintes qu’ils imposaient aux usagers, comme la préfiguration d’un grand changement de méthode.

Hélas il persiste de multiples points d’insatisfaction malgré les quelques aménagements réalisés, aménagements pas forcément des plus urgents, mais des plus visibles.

Voilà que maintenant il se donne huit jours pour renverser le désamour des carcassonnais et tenter d’apparaitre crédible.

Huit jours pendant lesquels il distribuera ses dix propositions loin des soixante proposées lors du premier mandat et, qui faute d’avoir été réalisées ont disparu des ses promesses.

Huit jours pour faire croire à quelques naïfs que l’homme a changé, que le lièvre est devenu tortue.

Vous laisserez vous berner par ses nouveaux atours ?

Vous prouverez que non en votant contre cette mascarade des le 23 Mars.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 07:09

 

Carcassonne, ville touristique, se doit d’avoir un office de tourisme à la hauteur et un service s’analyse en moyens et en hommes.

Pour ce qui est des locaux, l’office du centre ville vient d’être refait, celui de la cité devrait être modifié et c’est très bien, mais qu’en est-il du bâtiment racheté au centre administratif et qui devait être prêt pour l’été 2013 ? On apprend, par la presse, que ce projet se serait déplacé, d’abord vers le CSPV, puis plus récemment vers la place Gambetta. Se dirige-t-on une fois encore, vers des achats sans suite, achats d’autant plus surprenants que la compétence tourisme dépend, depuis Janvier 2013, de la CAC. Carcassonne serait elle une exception ?

 

En ce qui concerne le personnel, on assiste à une valse permanente des directeurs qui ne peuvent, à leur dire, du fait de pressions extérieures, mener leur tâche à bien. L’avant dernier licenciement s’est soldé par une condamnation de l’office pour harcèlement moral et au versement d’une indemnité de 23000€ au directeur licencié.

Qui intervient de façon intempestive et récurrente dans cette organisation ? Est-ce le directeur général des services à qui toute décision doit être soumise, alors que l’office a son propre conseil d’administration, ou est ce le président  de ce même office membre du comité de soutien à JC Perez ?

 

Les carcassonnais aimeraient connaitre le fin mot de l’histoire. A bon entendeur salut.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 09:53

 

J’ai lu avec attention à défaut d’intérêt le bilan de l’équipe en place.Seize pages sur papier glacé nous content les progrès de Carcassonne. Si on enlève ce qui revient  à la CAC à savoir la petite enfance et les crèches, les médiathèques et la culture et si on soustrait les opérations engagées par la municipalité précédente à savoir le conservatoire et l’hôpital ; la maison de retraite étant oubliée dans cet état des lieux ; il ne reste au bilan de l’actif que la seule tribune de Domec et la structure réceptive soit peu de choses en vérité.

Notre maire tente bien de nous faire croire que la ville est plus sure, plus propre, mieux fléchée, et que les routes ont été refaites mais pour les carcassonnais qui pratiquent la ville au quotidien ces appréciation sont du domaine du rêve ou du mirage.

 

Par contre nous avons eu une surprise de taille en constatant l’absence de réalisation dans le domaine économique comme si l’emploi était un problème résolu alors que nous flirtons avec les 14% de chômeurs record national.

On me dira que le problème dépend en grande partie de la CAC, mais alors pourquoi ne pas en parler comme on a parlé de la médiathèque et des crèches. Pourquoi omettre de parler des commerces du centre ville qui dépendent de la mairie et d’un adjoint en charge ? Le bilan est il comme nous le pensons mauvais ?

Les carcassonnaises et les carcassonnais sauront apprécier ce manque d’élégance qui consiste à ne pas parler des vrais problèmes. A bon entendeur salut.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 08:53

 

Les attaques des caciques du PS à l’encontre de J Driss, parues hier dans le journal local, sont tout simplement stupéfiantes. Ce n’est pas le fait que cette militante socialiste, de surcroit suppléante du conseiller général du canton sud, ait rejoint G Larrat qui interpelle, mais les propos quasiment diffamatoires du directeur de campagne de JC Perez.

 

A ses dires, l’emploi qu’elle occupe est dû à la bienveillance de ses amis d’alors. J’ai toujours défendu le fait qu’il faut des compétences en rapport avec le profil de poste pour occuper un emploi, sinon le travail ne peut être mené à bien. Qu’à compétence égale, on puisse faire intervenir la situation familiale ou le handicap, je le comprends  aussi, mais affirmer qu’elle doit son emploi au seul bon vouloir de ses amis est grave, d’autant plus qu’il semble que ce ne soit pas un cas isolé. J Driss se propose, en effet, de publier une liste de ces emplois fictifs. Je dis chiche !

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 08:50

 

Alain Perez et Jean Claude Tarlier nos deux duettistes connus à Carcassonne et au delà nous ont présenté les résultats du festival de la Cité 2013 pensant mettre à mal notre argumentaire sur les dépenses du pôle culturel.

Tout d’abord les chiffres que nous avons communiqués sont extraits du budget primitif 2013 que je vous rappelle. Le budget du pôle culturel comprend le Festival de la Cité (4 385 000€) le Festival de la Bastide (612 000€) le Théâtre de la cité (411 000€) le Cirque (76 200€) la Magie de Noel (472 000€)  la Féria (149 600€) et les Concerts au Dôme (314 000€), soit au total 7 455 200€ ;

Les recettes  proviennent de la billetterie, des locations de matériels du mécénat et de la subvention d’équilibre prévue à 1 650 000€ soit au total 6 108 800. Il manque à ce budget 1 346 000€.

 

Si nous reprenons l’ensemble des articles faisant le bilan du festival 2013, dont nous ne nions pas  l’attractivité, l’ensemble des subventions d’équilibre s’établit ce jour à 1 127 550€ auxquels il faut ajouter la Magie de Noel  pour 472 000€ et les concerts du dôme 314 000€ dont on ne sait s’ils auront lieu. Le parcours d’art  contemporain (104 000€)  et les animations non prévues mais réalisées dans l’urgence pour pallier le désamour des électeurs à savoir entre autre la grande roue ( 15 000€ ou plus) la fête du vin (30 000€) et d’autres à venir auront tôt fait de l’engloutir. Au final la subvention  d’équilibre flirte avec les 2 millions d’euros. CQFD.

 

Nous n’avons pas inclus dans ce bilan la fête de la musique et la venue de David Guetta (200 à 300 000€ à la louche)

Nous n’avons pas compté non plus le personnel municipal mis à disposition et payé sur le budget municipal en grande partie en heures supplémentaires, les frais d’impression imputés en partie sur le budget communication, les frais de repas et d’hébergement pris  en partie sur les fêtes et cérémonies. Tous ces transferts majoreraient encore la subvention d’équilibre mais qui s’en soucie parmi nos élus.

 

Ce que nous critiquons ce n’est pas le festival en lui-même mais son organisation. Structuré par les différents maires qui se sont succédés il est devenu omnipotent, pluripotent et totalement impotent et les spectacles sans cesse en augmentation  se chevauchent, se concurrencent, s’annihilent. Ils offrent de la culture orale deux visions une payante et une gratuite. Oserais-je dire une vision élitiste et une vision triviale ? Y aurait-il deux publics ?

Ce que nous critiquons aussi c’est un budget en trompe l’œil qui manque de sincérité mais on dit aussi que Pascal Dupont est habile et pourrait endormir la méfiance du cobra.

Ce que nous critiquons enfin c’est la disproportion de ce budget. A titre de référence je citerai  le budget l’OPAH en cours 489 000€ par an ou celui de la voirie 125 à 500 000€ par an a comparer avec le budget culturel.

 

Il est sur que le changement attendu ne supprimera pas le festival mais il y aura forcement des aménagements pour éviter les doublons et les triplons notamment. Cela permettra peut être de faire d’autres choses, festival de la médiévalité ? Festival occitan ? Festival des artistes locaux et peut être d’aller au-delà de la transmission orale vers la danse et le mouvement, les formes et la culture, la réflexion et les challenges scientifiques ou philosophiques.

 

 

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 08:47

 

Depuis quelques semaines nos édiles après plusieurs années de réflexion se réveillent et on voit fleurir de nombreux projets, projets dont on nous avait longuement abreuvés lors de précédentes élections.

Il faut cependant raison garder. Ce qui fera l’objet de nos interrogations aujourd’hui c’est l’avenir des zones commerciales de l’Est de la ville à savoir Cité 2, Rocadest, Béragne et les Rougeats dernière acquisition de la CAC.

L’installation de Rocadest, et nous l’avons déjà dit, mettra à mal le centre commercial de Cité2. Fermera, fermera pas c’est la question qui est sur toutes les lèvres de commerçants de la galerie marchande. Il y aura forcément des pertes d’emplois qui vont aller au-delà de Cité2. Les enseignes environnantes ne survivront que s’il n’existe pas de concurrence directe sur le site de Rocadest. Plus à distance le centre ville et les autres zones en pâtiront.

Quel avenir pour Béragne qui devait accueillir un Super U agrandi ? Je pense que l’enseigne devra revoir sa copie et  que les 10  hectares encore propriété de la CAC resteront en friche. Quand au terrain cédé à la région on se perd en hypothèses.

Reste la dernière et imprévue acquisition de la CAC, les 156 ha du domaine des Rougeats. Cette acquisition qui s’est faite à la hussarde sans projet derrière est symptomatique du fonctionnement de nos assemblées. On achète on projette on investit sans jamais savoir quel est le but de toutes ces manœuvres et pendant ce temps nos impôts augmentent, augmentent, augmentent….

 

N’oublions pas que seul celui qui connait la route parviendra au port alors offrons une boussole à nos édiles pour qu’ils retrouvent le chemin de la réflexion, de la concertation et du partage.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 08:42

 Les feuilles d’impôts sur les salaires viennent de nous parvenir et chacun a pu constater que ces impôts avaient augmenté. Préparons nous à subir le même sort au niveau des impôts locaux qui nous parviendront en Novembre et en Décembre.

Tout le monde paye des impôts locaux, les locataires paient la taxe d’habitation ; les propriétaires paient en plus le foncier bâti et non bâti et les professionnels paient la taxe professionnelle.

A quoi servent nos impôts ? En théorie, ils servent à faire fonctionner les services des collectivités locales et à l’entretien de l’espace public si souvent négligé.

Nos impôts ont-ils augmenté ? Oui. Pour les impôts municipaux, Ils sont passés de 43 millions d’euros en 2009 à 47 millions d’euros en 2012 soit une hausse de 7%. Cette hausse qui peut paraitre faible, masque en réalité le transfert d’une partie de nos impôts vers la Communauté d’agglomération qui prévoit, par ailleurs, une augmentation de ses prélèvements entre 2011 et 2015 de 21,83% pour la TH, de 10,55% pour le foncier non bâti, de 20 à 23% pour la taxe professionnelle. Quand au foncier bâti, il faut savoir que nous sommes la 53ème commune la plus imposée sur les 36 000 communes françaises.

Ces hausses ne sont elles pas dues à l’arrivée de nouveaux habitants ? Pour partie oui. La population locale est passée de 48 212h à 49 368h entre 2009 et 2012 soit une augmentation de 2,4%. Nous aurions aimé que les impôts augmentent dans les mêmes proportions.

Ces hausses ne sont elles pas dues à la révision de l’assiette des impôts ? Pour partie oui, mais il faut y ajouter, pour les particuliers, la suppression des exonérations fiscales sur les constructions neuves, la mise en place de la taxe d’habitation sur les locaux vacants, la taxe d’aménagement sur les constructions neuves, la suppression des abattements sur la taxe d’habitation, ainsi que la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Pour les établissements commerciaux, la taxe commerciale, l’imposition forfaitaire pour les entreprises fournissant de l’énergie ou du transport ferroviaire, la taxe versement transport dont le taux est passé de 0,6% à 0,8% en 2011 et l’évolution de la taxe professionnelle dont le taux est passé de 22% à 22,4% en 2010.

Ce qui, dans cette affaire, est le plus désolant c’est de voir l’état dans lequel se trouve aujourd’hui l’espace public, routes défoncées trottoirs délabrés centre ville en péril zones industrielles à l’abandon sont un triste spectacle pour les carcassonnais et un véritables repoussoir pour celles et ceux qui nombreux souhaiteraient s’y installer. 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 09:31

 

 

 

Le conseil municipal de Jeudi s’est déroulé dans une ambiance pour le moins surréaliste. On était en droit de penser que l’examen du rapport de la chambre régionale des comptes qui analysait la gestion des années 2006 à 2011, c'est-à-dire le mandat de G Larrat et en partie celui de JC Perez, offrirait quelques passes d’arme entre ces deux protagonistes. Il n’en a rien été,  chacun faisant assaut d’amabilités et de magnanimité envers l’autre. Et pourtant, sans entrer dans le détail, on aurait pu avoir quelques réactions sur  trois dossiers, au moins.

 

Le dossier du parking Gambetta, initié en 2002 et achevé sous le mandat de G Larrat, après deux ans d’interruption, un changement d’attributaire et un surcoût validé par la chambre de plus de 67%, offrait  à JC Perez une occasion qu’il n’a pas voulu saisir.

 

Le dossier de la mise en régie de la cuisine centrale qui s’avère être hautement déficitaire, car il faudrait, pour être à l’équilibre, fabriquer plus de 990 000 repas contre 367 000 actuels, offrait à G Larrat une opportunité qu’il a négligée. Il a même jugé cette mise en régie souhaitable, reprenant à son compte une proposition de campagne de JC Perez.

 

Enfin, et personne n’en a parlé, reste le cas de Mr D, ainsi nommé dans le rapport, qui s’est vu titularisé ingénieur (avec quels diplômes ?) et qui a bénéficié, dans le même temps, d’un solde de plusieurs centaines d’heures supplémentaires et de l’autorisation d’avoir une activité accessoire de fournisseur de sons et lumières pour les différentes festivités. Il est vrai qu’il était présent sous les deux mandatures et qu’il était difficile de se reprocher mutuellement ses activités.

 

 

Au terme de ce conseil, un consensus est apparu pour fustiger l’équipe d’avant 2005 et son maire R Chésa, responsable de tous nos problèmes actuels.  Je pense, personnellement,  que Caïn assassinant Abel  est en réalité la cause de tous nos malheurs.  A trop vouloir prouver, on ne prouve rien.  R Chésa  est mort  il y a 9 ans,  laissons le en paix et parlons de maintenant. A bon entendeur salut !!!

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacky GUILLAUME
  • : ANALYSE POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIOLOGIQUE
  • Contact

Recherche

Liens