Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 09:12

J’ai souhaité revenir sur les problèmes que posent le voile et le foulard dans notre
société au vu des événements récents. Une directrice d'école de Seine-Saint-Denis a refusé à une maman voilée d'accompagner une sortie scolaire. Ce qui a fait bondir la FCPE qui tout en rappelant son attachement à la laïcité, juge « humiliant et discriminatoire de signifier à certains parents qu'ils ne sont pas éligibles à être de 'bons parents d'élèves'».


La Halde, interpellée en 2007 par plusieurs mères exclues de manière similaire, rappelait que « ni le principe de laïcité, ni celui de neutralité du service public ne
s’opposent a priori à ce que des mères d’élèves portant le foulard collaborent, en leur qualité de parents, au service public de l’enseignement dans le cadre d’activités éducatives et de sorties scolaires ». On note d’entrée l’amalgame entre foulard et voile

 

Cette affaire fait suite à celle de la crèche Baby-Loup dans laquelle le règlement intérieur bannit le port du voile, ce qui a conduit sa directrice à licencier pour « faute grave » une employée qui le portait pendant son travail. Celle-ci a saisi la Halde, qui en mars 2010, sous la présidence de Louis Schweitzer , a jugé que la salariée était
discriminée. Quelques  semaines plus tard, Jeannette Bougrab, devenue présidente à son tour, demandait un réexamen du cas, au nom du principe de laïcité créant une belle confusion. De leur côté, les Prud'hommes ont validé le licenciement le 13 décembre dernier.


Tentons d’être pragmatique. Pour moi le voile est un morceau de tissu qui cache le visage. Il porte différents noms selon les pays et les plus connus sont les termes de burqa de niqab ou de haik.

Le foulard ne couvre pas la figure. Il peut être porté de façon indépendante du vêtement comme l’était le fichu de nos grands- mères ou intégré au vêtement. Le hidjab ne laisse voir que l’ovale du visage alors que le tchador permet de voir une partie de la chevelure.


Quelles raisons avons-nous d’interdire le voile. Du point de vue sécuritaire tout d’abord il est normal que le visage de tout individu soit visible et, du point de vue religieux les signes extérieurs d’appartenance doivent être discrets.

Que penser du foulard ? Une réponse unique ne peut être apportée. L’interdire dans la
rue ? Impensable. L’interdire dans les lieux publics ou les entreprises ? Possible mais il faut être clair et le préciser par la loi ou par affichage à l’entrée des bâtiments. Le champ cultuel étant du domaine privé il ne peut être inclus dans la loi.



Telle est  mon opinion et à bon entendeur Salut !





Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 17:51



 



 


Depuis quelques semaines la candidature de DSK apparait de plus en plus probable dans la presse. Je n’y
crois pas. Qu’a-t-il en effet à y gagner ?


En tant que directeur du FMI il est aujourd’hui reconnu par tous les présidents de la république. En sera-t-il encore ainsi lorsqu’il sera président d’un petit pays de la communauté européenne.

En tant que directeur du FMI il gère des problèmes mondiaux.  Saura-t-il se suffire de nos petits problèmes nationaux ?

En tant que directeur du FMI il a des avantages supérieurs a ceux qu’il aurait s’il était élu et surtout il n’a pasde comptes à rendre à des électeurs dont on connait les exigences et la versatilité.



Admettons un instant qu’il abandonne la sécurité pour l’aventure.

Quel programme va-t-il pouvoir défendre ? Défendra-t-il le programme que lui mitonne M Aubry ou
défendra-t-il ses idées qui on le sait sont très différentes notamment sur le temps de travail et les retraites.

Admettons un instant qu’il adopte le programme du parti socialiste et qu’il soit élu. Avec qui va-t-il
gouverner ? Je ne vois pas ni M Aubry ni S Royal ni F Hollande comme premier ministre de DSK. Et pour le reste du gouvernement je suis tout aussi perplexe.

Admettons un instant qu’il soit élu et
qu’il parvienne à bâtir un gouvernement cohérent, répondra-t-il aux attentes des français ? Je ne le crois pas. Les attentes sont énormes et disproportionnées et les possibilités très limitées.


Je crains
dans ces conditions qu’un désaveu ne survienne rapidement. Alors pourquoi prendre tous ces risques ? Ne vaudrait il pas mieux laisser les regrets de ne pas s’être présenté que les remords d’avoir échoué ?. A bon entendeur salut !  

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Politique
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 07:58

 

Il ne se passe pas de jour sans que la presse ne rapporte les exploits de certains « jeunes ». Ce
qualificatif qui est nous dit on politiquement correct a rapidement été démasqué et la plupart d’entre nous entendent sous ce vocable « jeune français d’origine étrangère ». Il me parait donc contre productif de continuer ainsi et serait plus judicieux de mon point de vue de noter comme cela s’est toujours fait le statut social et le prénom de l’individu comme ceci : Mr Jean S… a commis un délit etc.

 

 

Second problème mais qui s’y rattache celui de la nationalité. Je lis dans le journal qu’un franco-israélien est détenu dans la bande de Gaza. Il a été fait prisonnier alors qu’il effectuait une mission dans le cadre de son service militaire et son père se plaint que le gouvernement et les médias n’en fasse pas plus.

 

 

Ce genre de position se retrouve souvent dans nos journaux. Ainsi récemment un franco-marocain qui a agressé un de ses amis s’est constitué prisonnier. On aurait aussi pu titrer un jeune a
agressé un de ses amis et tout le monde aurait compris ou mieux encore Mr XY qui avait agressé un de ses amis s’est constitué prisonnier.

 

 

Je plaide ici pour l’individualisation des délits et pour une totale neutralité des médias. Référencer une personne sur ses caractéristiques ethniques (un noir ou un jaune) religieuses ( un juif, un islamiste) ou ses origines ( un franco-marocain, un franco-turc) est absurde et contreproductif car ces méthodes ciblent des groupes sociaux qui n’y sont pour rien.

 

Poursuivre dans cette dérive pourrait conduire à quelques écrits surréalistes du type : Un franco-maghrébin a enlevé un franco-tunisien de confession juive et demande un rançon au président
franco-hongrois de la république.

 

Revenons dans la réalité, nommons les gens comme ils doivent l’être par leur nom et leur
prénom et nous nous en porterons mieux. A bon entendeur salut !



Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 07:38


J’ai écouté ce dimanche Martine Aubry répondant à Nicolas Demorand et cette rencontre avait un je ne sais quoi de surréaliste.



Primo elle n’a pas voulu dire si oui ou non elle serait candidate aux prochaines présidentielles. Elle s’est contentée de parler des cantonales qu’elle organise mais aux quelles elle ne
participe pas.


Secundo elle n’a parlé que du programme en cours d’élaboration, sans que l’on sache qui y participait ni qu’elles étaient les différences entre les candidats tant et si bien que le présentateur lui a demandé si les primaires ne se résumeraient pas à un concours de beauté entre les divers prétendants.


Tertio elle est restée très générale dans la définition des choix faits en matière d’éducation de santé etc. Cette façon de faire permet de se demander si des choix plus pragmatiques sont ou
seront arrêtés par le parti.


Quarto il me parait surréaliste que les candidats qui vont se présenter aux primaires n’aient pas leurs mots  à dire.



C’est pour toutes ces raisons que je pense que le PS s’est fourvoyé. En s’engageant dans un processus de  désignation trop proche des échéances, en élaborant en lieu et place des futurs candidats un programme qui ne leur correspond pas, en s’obligeant pour recueillir la majorité des voix à être toujours plus à gauche alors que l’on sait que pour être élu il faudra développer un discours centriste, je veux dire par là social-démocrate si on est de gauche ou de centre-droit si on est dans le camp opposé, le PS s’est attaché un boulet.

Peut être ne veut il pas de ce pouvoir et peut être se suffit il des pouvoirs locaux qu’il possède.

Comment concevoir en effet que des personnalités aussi diverses que Dominique Strauss-Kahn ou Ségolène Royal vont pouvoir se plier au dogme du programme ?


En tout cas c’est ainsi qu’il fallait agir pour perdre les prochaines présidentielles. Alors bravo Martine pour cette perspective peu réjouissante et à bon entendeur salut.



 



 

 

 



Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans General
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 07:53

 

 

 

Toutes ces dernières semaines la réforme des retraites a alimenté les chroniques. Retraite à 62ans pour les uns, retraite à 60ans pour les autres, retraite à points pour les troisièmes ont été les propositions que nous avons entendu mais je le déplore personne n’a été clair dans cette affaire.

 

Parlons d’abord de l’âge légal. Il détermine l’âge à partir duquel on peut toucher quelque chose. Il est aujourd’hui fixé à 62ans. Avant cet âge rien nada pas un pélot.

Parlons ensuite du taux plein. Pour y prétendre il faut avoir cotisé 162 trimestres et bientôt 168. Si on met en perspective ces deux données on voit qu’une personne qui a cotisé plus de 168 trimestres à 62ans, c'est-à-dire qui a commencé à travailler avant l’âge de 18ans cotisera les dernières années de sa carrière pour une surcote. La loi prévoit cependant qu’elle pourra cesser ses activités avant et c’est une bonne chose. De la même façon les étudiants qui entrent en activité vers 25ans devront attendre leur 67ième anniversaire pour avoir une retraite à taux plein. La loi qui vient d’être votée ne change rien pour eux.

 

Peut on revenir sur l’âge légal du départ à la retraite. C’est une proposition du PS. Ce qui n’est pas dit c’est que hormis les personnes qui auront commencé leur carrière à 18 ans et avant toutes les autres subiront une décote. Est-ce bien réaliste ?

 

Que penser de la retraite à points ? C’est une base de calcul différente qui surtout permettra au futur retraité de savoir à tout moment combien il va toucher mais qui ne modifie rien à la loi. Où est l’avancée sociale ?

 

Dans l’ensemble des idées qui ont agitées le microcosme une seule n’a pas été évoquée, le tutorat. Personnellement je pense qu’un individu arrive à saturation après quelques dizaines d’années d’exercice et ce quelque soit le métier qu’il exerce. A partir de 55 ans la plupart des individus cherchent une reconversion et ce qu’il s’agisse d’un pilote de ligne ou d’un chirurgien. On pourrait utiliser leur expérience dans le cadre d’un tutorat. On couplerait une personne d’expérience et un novice pendant cinq ans ce qui permettrait au jeune de bénéficier de l’expérience et au plus âgé des connaissances. Ce double échange ne pourrait qu’être bénéfique aux hommes mais aussi à la société car il réduirait le chômage des jeunes et maintiendrait les plus âgés en activité.

 

Reste à financer le tout. Si on ajoute les aides à l’emploi ( 16Md€), les aides aux entreprises ( 16Md€ d’état, 4,5md€ des collectivités, 5,3 Md€ d’exonération de la TP) on tourne à près de 42Md€. Sans compter que ces mesures rééquilibreraient en partie le budget social et diminueraient le coût de RSA (6à 8Md€).Dans ce modèle l’état prendrait en charge une partie des salaires ou des charges sociales par contrat sur 5ans.

 

Cette idée qui parait farfelue est utilisée depuis des lustres au Japon ; elle s’applique à tous les niveaux de la société. L’élève, le Kohai et le maitre, le Sampai se respectent mutuellement et sont heureux de travailler ensemble.

Je sais que cette proposition a peu de chances d’aboutir pourtant elle me parait être une solution qui assure la cohésion sociale indispensable en temps de crise notamment .

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Aide sociale
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 07:24

Je suis récemment rentré de vacances et j’ai relu en quelques heures deux semaines de journaux sans trouver de grand changement dans les rubriques nationales ou locales. Malgré une agitation vibrionique rien ou si peu de choses évoluent que nous paraissons condamnés à l’immobilisme. Je ne parle pas là de la surface des choses mais du cœur du problème qui apparait chaque jour un peu plus comme le défaut majeur des démocraties à savoir la différence toujours plus nette entre les propositions et les réalisations.

Pour se faire élire un individu ou un groupe font un certain nombre de propositions qu’ils ne peuvent ou ne veulent pas tenir. En effet une fois élus ils découvrent la contrainte de la réalité qui évolue au cours du temps et modifie les priorités. Je prendrais quelques exemples du quotidien.

Lorsqu’il a été élu Nicolas Sarkozy ne savait pas que la crise financière allait arriver rendant caduc son travailler plus pour gagner plus et qu’elle l’obligerait à résoudre des problèmes qu’il n’avait pas envisagés, celui des retraites par exemple.

Localement pareillement ce n’est pas en se lamentant encore et toujours sur l’état des finances locales que nous aurons des investissements productifs.

Ceci dit je comprends aussi qu’un programme politique se doive de faire rêver mais ce qui me parait contestable c’est la distorsion volontairement introduite entre la présentation du projet et la réalité. C’est un peu le problème du taureau dans l’arène à qui on montre  la muleta mais jamais l’épée qui va l’estourbir.

Si nous envisageons la prochaine campagne présidentielle, il est à peu près acquis que Nicolas Sarkozy fera campagne sur les thèmes de la sécurité et de l’immigration et qu’il mettra en avant  sa gestion de la crise.

A gauche les thèmes sont plus flous. Après la politique du « care » traduisez du soin développée par Martine Aubry et qui me parait avoir vécu, on voit une autre voie initiée par Ségolène Royal et que je qualifierait de « brésilienne ». Penser appliquer en France les recettes de Lula n’est pas réaliste.

Qu’il faille plus de dialogue et que celui-ci soit institutionnalisé est une priorité mais il doit se faire dans un cadre légal et non au travers de comités de quartiers dont on connait les dérives. Entre le référendum et les comités de salut public la voie est à trouver.

Qu’il faille réduire les déficits du budget et de la sécurité sociale soit mais il faut le faire en réformant profondément notre système fiscal et social. Un système plus juste et plus équitable doit être la voie à explorer.

Qu’il faille modifier le fonctionnement du système financier est aussi une nécessité. Plus d’investissements productifs et structurants, moins d’aides sans contre parties sont une base de réflexion. Plus d’aides à l’emploi et moins d’aides aux entreprises sont la voie de cette réforme.

Ces trois propositions ne sont de mon point de vue ni de droite ni de gauche, elles privilégient l’homme au matériel. Ce sont des propositions humanistes.

 

 

 

 
Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Philosophie
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:06

 

 

 

J’ai depuis longtemps disons du respect pour ne pas dire de l’affection pour Georges Frêche qui a été depuis plus de 25 ans un gestionnaire visionnaire pour la ville et l’agglo de Montpellier. Qui a connu cette ville en 1970 et la revoit aujourd’hui ne peut que constater son évolution et sa modernisation.

Cela ne s’est pas fait sans mal et même si les impôts y sont élevés le résultat est tel qu’on ne peut que s’incliner. Aujourd’hui notre baron local entre dans l’age et je crois qu’il a conduit sa dernière campagne pour les régionales qu’il a gagnées. Certains pensent que cette énième victoire, victoire à la Pyrrhus, à la fois contre son opposition et contre ses amis, lui est montée à la tête et que les dépenses somptuaires qu’il effectue en ce début de mandat sont un signe précurseur de sa sénilité.

Je ne le pense pas. Je ne souscris cependant pas à cette frénésie de dépenses engagées pour l’achat des statues d’hommes politiques célèbres mais je crois profondément qu’étant sur de ne pas avoir à retourner devant les électeurs il s’amuse à effrayer le bourgeois comme on disait avant chez les maoïstes auxquels il a un temps appartenu.

Revenons maintenant à la dépense engagée. 200 000€ par statue soit 2M€ pour l’ensemble des 10 statues. Ce n’est pas rien mais rapportés au budget de la région ils ne représentent qu’un ridicule 0,2%.

Plus les tensions montent et plus Georges Frêche jubile et comme un enfant il en remet une couche. Il sait qu’il finit sa carrière politique dans ce mandat et comme on dit dans le jargon populaire il se lâche.

La véritable question qui mérite d’être posée est de savoir si il a ou non préparé sa succession.

Qu’il s’amuse soit mais il devrait savoir que tant que le dompteur sera présent la ménagerie des grands fauves restera sage. S’il intronise son successeur il y a des chances pour qu’il soit respecté sinon on peut s’attendre a de belles empoignades à son départ. Une crise majeure risque de se développer au sein du groupe car chacun se revendiquant de sa légitimité  va tenter sa chance pour lui succéder. Qui en effet de Mandroux, Navarro, Bourquin, Vezhinet et consort sera le nouveau chef de file ? Il est possible qu’il faille attendre plusieurs mois avant de le savoir ce qui sera préjudiciable pour la ville.

Je pense Georges Frêche assez fin politique pour y avoir pensé  et qu’il nous fournira au cours de son mandat actuel tous les éléments qui nous permettront de deviner son successeur.  Alors bonne chasse à tous et que le premier qui connaît la réponse nous la dise.   

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 03:29


Tout l’été nous avons entendu parler, au travers des roms de nationalité. Essayons de mettre un peu d’ordre dans ce problème.

Parmi le étrangers vivant sur notre sol il y a d’abord les sans papiers. Parmi eux il y a des migrants, qui ne sont en France que pour la traverser avec l’espoir d’aller ailleurs. C’est le cas des afghans dont on sait qu’ils ont été éparpillés dans les alentours de Calais.

Il y a aussi ceux qui viennent chez nous pour s’y installer. Ce sont des africains pour leur majorité. Ils trouvent assez facilement du travail, souvent sous payé, auprès de patrons peu regardant sur leur identité. Ils envoient leurs enfants à l’école ou à l’université et bénéficient aussi des aides sociales. Ils n’ont pas la nationalité française et, lorsqu’ils sont contrôlés on ne peut leur appliquer nos lois mais on peut les reconduire à la frontière. Si ils commettent un délit ils peuvent être jugés et condamnés ou renvoyés chez eux.

Il y a aussi des européens pauvres, actuellement des Roms, attirés par notre niveau de vie. Ils n’ont pas notre nationalité mais, étant européens ils ont le droit de se déplacer en Europe sans contraintes et ils bénéficient des mêmes droits que les sans papiers. Actuellement, alors qu’ils n’ont commis aucun délit on les reconduit chez eux avec un petit pécule mais cette mesure est illusoire car ils peuvent revenir dés le lendemain.

Essayons d’avoir une attitude simple pour réprimer ceux qui commettent des délits. On pourrait dire que les personnes ayant la nationalité française tombent sous le coup de la loi et que celles qui ne l’ont pas seront jugées ou reconduites à la frontière selon la gravité de leurs actes.

Faisons fonctionner notre schéma.

Les Roms qui n’ont pas commis de délits peuvent donc rester en France et il n’y a pas lieu de les expulser. Ceux qui ont commis des méfaits peuvent être jugés chez nous ou expulsés sans indemnités. Ceux qui ont la nationalité française doivent être jugés et condamnés.

Compliquons un peu. Que doit on faire à un malfaiteur qui a la double nationalité ? Réponse, il tombe sous le coup de la loi dans le pays où il a commis son délit ou il peut être expulsé si le délit est mineur. Notre schéma fonctionne encore.

Venons en maintenant à des cas particuliers.

Doit on tenter de rapatrier tous nos ressortissants qui ont commis des actes répréhensibles à l’étranger ? En d’autres termes que penser de l’affaire Florence Cassez.

Doit on laisser partir un malfaiteur étranger qui a commis un acte grave ? Rappelons nous d’Issey Sagawa cet étudiant japonais cannibale qui a tué et dépecé une jeune hollandaise en 1980 et qui est devenu une vedette chez lui.

Enfin qui doit on les déchoir de la nationalité ? Personne. Je pense que cette déchéance est un attrape nigaud. Un malfaiteur n’en a rien à faire. Il pourra revenir clandestinement chez nous quand il le voudra. Dans les temps anciens cette mesure se nommait bannissement. Elle est contraire à la convention européenne des droits de l’homme et a été supprimée du code pénal en 1993. Alors pourquoi y revenir ? Arrières pensées politiques ?

 

  

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Philosophie
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 23:53


Nul à Carcassonne ne méconnait la nouvelle donne municipale qui consiste à ne pas sponsoriser les corridas. Depuis plusieurs années la ville voulant renouer avec sa tradition taurine avait organisé fin Aout de chaque année une semaine de festivités autour du taureau semaine couplée avec des danses et des chants de culture hispanique .Cette semaine clôturait avec un certain succès les festivités de l’été. Au-delà du j’aime ou j’aime pas subjectif il parait tout de même normal que la ville ne finance pas une activité privée surtout si elle est lucrative et c’est pourquoi la Féria a été scindée en deux, par les nouveaux édiles, Carcassonne fête le sud et l’activité tauromachique.

 

Cette dernière a été confiée à une structure nouvelle l’UDAC dont les racines sont Trébéennes et Toulousaines à la fois, structure qui s’est substituée aux associations existantes en cours d’année et qui a réussi son pari  malgré un délai imparti relativement court. Chacun s’accorde aujourd’hui à dire que la corrida de cette année a été un franc succès. En ce qui concerne les associations préexistantes, le cercle taurin qui était déjà sur la touche depuis plusieurs années poursuit ses activités de promotion des corridas. Il reste sur la ville la vitrine de la tauromachie, ne serait ce que par les locaux qu’il occupe. Carcassonne Toros  qui était l’instigateur des précédents férias n’ayant pas été reconduit s’est mis en sommeil localement et a fermé son site.

Carcassonne Toros a par ailleurs tenté, en vain semble t il d’exporter son  concept à Port Leucate. Cette démarche commerciale n’aurait pas eu lieu d’être si d’une part cette association œuvrait comme elle le disait pour le retour de la tradition taurine, tradition qui n’a jamais existé à Port Leucate, et si d’autre part son activité était bénévole et non lucrative.

 

En ce qui concerne Carcassonne fête le Sud certains se sont gaussés de cette appellation en remplacement de la Semaine Espagnole. Je pense qu’au-delà du nom il y a la volonté de diversifier les animations et de ne pas rester cantonnés a un seul horizon culturel. Si mon analyse est bonne nous devrions avoir une semaine Italienne, grecque, marocaine etc. dans les prochaines années. Cette diversification ouvrirait la ville sur d’autres musiques, d’autres danses, d’autres gouts. Elle pourrait être le gage d’une meilleure connaissance des autres et l’ébauche d’un mieux vivre ensemble.

 

Reste à pérenniser cette organisation et à rendre les activités tauromachique et les animations sinon complémentaires du moins compatibles . Il serait désolant que des efforts d’ouverture aboutissent au rejet de l’une ou de l’autre des composantes de la Féria du mois d’Aout.

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 07:21

 

 

Tout cet été les médias nous ont parlé de sécurité. Les agressions sont en hausse, et même si les crimes et délits sont stables le citoyen lambda se sent en insécurité. Rappelons tout d’abord que la sécurité n’existe pas à l’état naturel et qu’il est nécessaire  qu’une relation de confiance entre les citoyens s’établisse pour qu’elle existe. Comme cette relation est rarement spontanée la sécurité repose sur la police et la justice.

 

Plus la cohésion sociale est faible et plus le sentiment d’insécurité est grand et plus on a tendance à s’appuyer sur des forces de sécurité. D’après les statistiques le sentiment d’insécurité serait actuellement très important d’où toutes ses interventions qui ont eu lieu.

 

Mais la première question qu’il faut se poser est celle de l’efficacité des forces de l’ordre. Comme toujours en la matière il ya deux façons de voir le problème. Pour certains toujours les mêmes, c’est un problème d’effectifs et de moyens mais il faut aussi s’intéresser à la compétence et là de nombreux exemples témoignent d’une formation pour le moins inadaptée. Dans le courant de l’été plusieurs affaires ont démontré l’incompétence des forces de l’ordre à sécuriser une scène de crime, où  à procéder à des enquêtes de voisinage pour établir l’identité d’un individu.

C’est pourquoi je pense que la formation devrait être améliorée. Doit elle s’adresser à tous les agents ? Ce n’est pas forcé. Il y a dans la police des agents qui peuvent se cantonner à la sécurité sur la voie publique, sécurité des biens et des personnes, et sécurité routière essentiellement et pour lesquels la formation pourrait être spécifique et les agents chargés de conduire les enquêtes qui devraient avoir une formation plus étendue notamment en matière scientifique et juridique.

Les agents de terrain et nous l’avons déjà dit pourraient être indistinctement des agents de la police municipale ou nationale sous réserve d’une formation identique et de responsabilités identiques.

Cette séparation des genres améliorerait les résultats des enquêtes mais n’éviterait  ni les délits ni leur récidive. Pour éviter les délits il faut rétablir la cohésion sociale c'est-à-dire le vouloir vivre ensemble qui ne relève pas de l’enseignement mais de l’éducation. Pour éviter les récidives il faut prononcer des peines dissuasives et les faire appliquer. Il faut aussi des moyens de réinsertions adaptés .

 

Pour résoudre ces deux problèmes il faudra une volonté et du temps mais c’est une autre histoire que je vous conterai un autre jour pour l’heure, demandons une meilleure formation de nos enquêteurs. Ce sera un premier pas. Il évitera bien des errements dans les enquêtes.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Sécurité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacky GUILLAUME
  • : ANALYSE POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIOLOGIQUE
  • Contact

Recherche

Liens