Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 08:01

 

Une entreprise quelle que soit son activité est une réunion d’individus autour d’un projet de fabrication ou de service. Cette structure a en elle-même des contraintes propres , cohésion du groupe, compétence des individus pour l’élaboration du produit, nécessité d’acheter les matières premières et d’acquérir les matériels  utiles à leur fabrication. L’ensemble de ces éléments qui constituent la procédure technique demandent du temps et de nombreuses réunions de concertation pour être élaborés. Ils étaient jusqu’à il y a peu l’alfa et l’oméga de toute entreprise.

Pour être plus clair on peut prendre l’exemple d’une maison. Pour la construire ( c’est le projet) on réunit des fonds et des équipes de maçons, électriciens, plombiers etc. , on établit des plans ( c’est le protocole) et on réalise le produit.

Depuis une quinzaine d’années de nouvelles recommandations ou directives assumées par des intermédiaires sont venues se greffer sur cette activité principale. Ainsi pour reprendre l’exemple de la maison il y a les assurances et les garanties de bonne fin, la garantie décennale ,Il y a aussi le contrôle de la conformité électrique, celui de l’installation du gaz, il y encore le contrôle d’évaluation des risques naturels et j’en passe.

Ces impératifs sont nés soit de la volonté du pays soit et surtout de l’Europe. En effet 70 à 75% des règlements sont européens, les pays membres ne pouvant que les durcir.

Ces règlements, recommandations ou directives  évoluent et nécessitent une adaptation constante et leur validation de plus en plus tatillonne se fait au travers de personnes ou de structures accréditées. Accréditées par qui et comment pourrait faire l’objet d’une prochaine rubrique.

Mais reprenons  l’exemple de la maison, celui qui aujourd’hui veut vendre sa maison doit se soumettre a une série de contrôles. Il doit fournir un certificat attestant de l’absence de termites, prouver l’absence de plomb dans les peintures et les canalisations, obtenir une attestation concernant l’isolation thermique et phonique, valider son installation électrique etc.

Cette multiplication des contrôles a un double coût, celui de l’expertise et celui de la remise aux normes. Ainsi lorsqu’on sait que les normes électriques changent régulièrement on est à peu près assurés que toute installation d’un certain âge est obsolète.

Je voudrai attirer aussi l’attention sur le fait que tous ces contrôles augmentent le temps de tractation, et renchérissent les coûts. Ils sont donc un frein au développement économique et comme ils ont tendance à se multiplier leur effet pervers sera de plus en plus important.

Ce billet peut paraitre anodin mais j’invite chacune et chacun à réfléchir a son échelon, dans sa profession, aux contraintes  administratives, juridiques et financières qu’il subit. Il s’apercevra alors de leur importance croissante et délétère.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 07:17

 

Je ne vais pas vous parler foot mais circulation. De tout temps la circulation et le stationnement ont été difficiles à Carcassonne. Voitures ventouses, camions de livraisons, engins agricoles et de chantier réduisent la circulation et plombent le stationnement.

 

Ainsi le parking Gambetta qui devait améliorer le stationnement n’a en rien résolu le problème bien que je constate qu’il est souvent complet le Samedi, très probablement du fait du déplacement du marché. Parallèlement les places non payantes, autour de la sécurité sociale et sur les berges de l’Aude sont ce jour là prises d’assaut et imposent de chercher ailleurs son parking gratuit.

 

Pour ce qui est du stationnement de surface, les travaux récents sur le parking du Dôme n’en ont pas amélioré l’accessibilité. Il est toujours nécessaire de réorganiser le circuit intérieur et d’ouvrir une sortie distincte de l’entrée. Dans le même ordre d’idées on peut se demander où en est la rétrocession du parking des Trois Couronnes au domaine public. Il conviendra dés que ce sera fait d’en flécher l’entrée.

 

En ville s’il est bien d’avoir des aires réservées aux livraisons force est de constater qu’elles sont souvent mal utilisées, les camions débordant sur la chaussée et interdisant tout passage aux voitures le temps du déchargement. Ces aires sont de plus sous utilisées, les livraisons ne se faisant pas à jet continu. Il suffirait pour y remédier d’imposer que les livraisons se fassent dans des créneaux horaires précis, avant 9 heures et après 18 heures par exemple et que ces aires soient en dehors des ces horaires restituées au stationnement normal. Il existe d’ailleurs un arrêté municipal le prévoyant. La ville y gagnerait en efficacité et financièrement.

 

Ce qui m’irrite cependant le plus c’est l’extension permanente des interdictions de stationner matérialisées par une bande jaune sur le trottoir. La mairie valide t elle ce coloriage ou est il le fait comme il me semble parfois de la seule volonté de certains particuliers ? Existe-t-il en mairie un répertoire fiable de ces places et est il à jour ? Serait il possible de le réactualiser afin de gagner de nombreuses  places de stationnement gratuites qui font cruellement défaut ?

 

Cependant le constat n’est pas entièrement négatif et j’ai aussi pu constater l’extension des places pour handicapés. Ainsi ce qui apparaissait hier comme une nécessité est aujourd’hui réalisé.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Circulation - Stationnement
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 06:59

 

 

J e reprendrai d’abord l’introduction à un article du Monde.

« A l'heure du village planétaire et du spectacle mondialisé, le sport est un révélateur anecdotique mais impitoyable de l'esprit des nations.

Il serait de mauvais goût de pousser le parallèle jusqu'à comparer "l'étrange défaite" de l'équipe de France de football en Afrique du Sud à celle d'un autre mois de juin, qui, il y a soixante-dix ans, avait conduit le pays à la catastrophe. Mais tout de même. Cette absence de patron, de stratégie, d'esprit d'équipe, d'efficacité, ces talents gâchés, ces ressources ignorées et, au bout du compte, cet échec cinglant résonnent en contre point . Celui d'un pays qui peine trop souvent à se rassembler, à dépasser ses morosités et ses divisions, à mobiliser ses énergies.

L'équipe championne du monde de 1998, cette équipe "black-blanc-beur" des Thuram, Barthez et Zidane avait paru durant quelques mois symboliser une France capable de faire de son métissage une force collective. »

 

Cette équipe qui, sauf miracle dans quelques jours, sera éliminée de cette Coupe du monde, est évidemment victime de mille carences techniques. Doivent elles être imputées toute au seul Domenech ? . Non. Certes il a sa part dans l’échec , son obstination, et son goût de la langue de bois l’ont isolé et on savait avant même la fin du mondial qu’il allait être remplacé ce qui n’était pas fait pour le motiver. Mais au-delà il manquait à cette équipe l’envie de gagner et le sens du partage. Chaque joueur agissait comme une individualité et non comme l’élément d’un groupe. En fait il y avait dans le groupe des bandes, les blancs contre les noirs, les antillais contre les africains, les magrébins formant encore un groupe à part. Que dire aussi des supporters fractionnés en multiples clans, soutenant l’un et dénigrant l’autre, certains riches et d’autres smicards, ils sont eux aussi la représentation en raccourci de la société française d'aujourd'hui.

 

Remplacez Domenech par Sarkozy, l’équipe de France par son gouvernement et les supporters par les électeurs et vous aurez une vision de notre société attachée malgré la diversité des situations allant du RMIste au PDG à ses avantages même s’il sont sectoriels ; car le PDG et le RMIste ont chacun leurs avantages. Cette société dominée par des égos surdimensionnés, du bling-bling et des salaires de stars joue individuellement et se prosterne devant le veau d’or.

 

Le jeu collectif a disparu au profit d’individualités, la solidarité réglementée a remplacé le partage et l’affrontement le dialogue. Ce qui devrait, dès lors, être le moteur d’une telle société individualiste et égoïste à savoir la performance et la culture du résultat ne sont pas au rendez vous et expliquent en grande partie nos faiblesses et la régression sociale qui peu à peu va s’imposer à nous. Retrouverons nous comme il y a 70 ans un homme ou une femme providentiel qui redonnera du sens aux mots liberté égalité fraternité ? Je vous en laisse l’espoir.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 07:13

 

 Le microcosme carcassonnais se mobilise, s’agite, au gré des informations et des rumeurs qui le traverse et le font vivre. Ces rumeurs ont certes une crédibilité contestable mais, en ce début d’été et alors que nous pensions être dans une période d’apaisement, leur recrudescence nous a fait envisager de réaliser sur elles notre édito.

Tout d’abord à gauche, c’est l’émergence dans l’équipe en place d’un responsable local du club Villepin. Adjoint actif et efficace il dit avoir été en charge du club bien avant les élections. Certains lui prédisent un avenir des plus sombres et considèrent cette appartenance comme une trahison. Les hommes et les femmes de gauche le considèreraient au mieux comme un social- démocrate, d’autres comme le suppôt d’une droite revancharde et réactionnaire. Cette même information vue par les stratèges locaux apparaît comme une manœuvre qui permettrait lors des prochaines élections à l’équipe socialiste de s’ouvrir au-delà de son camp. Cette ouverture apparaîtrait alors crédible et rassurante pour les électeurs.

A droite ensuite le trio Larrat, Chésa, Icher vient de perdre une de ses composantes qui s’est retirée pour des raisons personnelles et familiales laissant le soin au tandem de s’organiser.

Le seul qui ait parlé s’est positionné en leader local avec une ambition territoriale. En devenant président départemental il laisserait la circonscription à l’ancien maire charge pour lui de s’organiser en vue de la reconquête municipale, ce dont il rêverait aux dire des rumeurs. Le problème des législatives parait lui aussi résolu. Une femme mènerait la campagne selon les vœux de Paris qui souhaite rajeunir les cadres du parti. Souhaitons qu’elle montre plus de charisme et de dynamisme qu’elle n’en montre aujourd’hui.

Reste le problème d’ Isabelle Chésa qui poursuit sa politique du renoncement. Après avoir renoncé à succéder à son père, après avoir renoncé à suivre G Larrat en 2009 et renoncé dans la foulée à conduire une liste contre lui, elle renonce à se représenter à la présidence départementale de l’UMP. Certes son renoncement aux municipales lui a valu de solides inimitiés et même une sanction aux régionales  mais il semble aussi que Paris souhaite son éviction relayée en cela par la mauvaise humeur réelle ou rapportée des militants.

Cette stratégie la condamne inexorablement à l’exclusion de la vie politique locale mais là encore rien n’est joué et tel le phénix elle pourrait renaître de ses cendres pour peu qu’elle s’affirme et combatte. Pourra-t-elle le faire tout en restant dans son parti j’en doute. Est-ce dans sa nature, seul l’avenir nous le dira. Il lui reste encore le recours de rejoindre le club Villepin mais comme aurait dit son père «  quel chocolat ».

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Vie locale
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 09:44

 La mort tragique d’Aurélie Fouquet a ému toute la  France et mobilisé les médias et les politiques. Au-delà des faits cette agression pose deux problèmes, un problème de fond, celui de la délinquance et un problème de forme concernant l’organisation des services de police.

Les délinquants sont de plus en plus jeunes et de plus en plus violents et les exemples en la matière sont nombreux, qu’il s’agisse de ce couple qui a été cambriolé et dont la femme a été violée, ou encore de cette attaque d’un bar tabac en campagne qui s’est soldé par un mort pour une recette de moins de cent euros. Cette violence gratuite pose certes le problème de sa genèse et de sa prévention mais aussi celui de sa répression car aujourd’hui tout se passe comme si les fauteurs de troubles tenaient deux types de raisonnements, soit ils estiment la police inefficace et qu’ils ne risquent rien en commettant un délit soit ils estiment que la justice est inopérante et qu’il seront condamnés à des peines symboliques si ils sont attrapés. Ce manque de respect des institutions tient au fait que celles-ci manquent de coordination et aussi je le concède de moyens. La sécurité qui est une des missions fondamentales de l’état serait mieux assurée en regroupant sous  une direction unique ces deux entités.

Le problème de l’organisation des polices est lui aussi posé. Il existe en France plusieurs forces de sécurité, la police nationale forte de 125 000 fonctionnaires répartis en 6 directions et dépendant du ministère de l’intérieur, la gendarmerie nationale avec un effectif un peu plus faible dépendant du ministère des armées et la police municipale forte de 20 000 membres dépendant des municipalités. La encore on notera la disparité des commandements, mais aussi la disparité des formations et des missions. Si la police nationale et la gendarmerie ont en gros les mêmes missions à savoir la sécurité routière, la police judiciaire, l’ordre public et la sécurité générale et internationale, la police municipale n’a que deux rôles, appliquer les décrets municipaux et organiser la sécurité routière en ville. Cette distinction est toute théorique car comment apprécier à priori la dangerosité d’une situation. Dans le cas d’Aurélie, si elle avait pressenti le caractère dangereux du contrôle routier que pouvait elle faire ? Appeler la police nationale ou se retirer ?

C’est pourquoi il devrait y avoir, a formation équivalente complémentarité des services. Cette complémentarité s’exercerait sous une direction commune et avec des moyens communs. Les municipalités verseraient à cette structure une contribution financière qui correspondrait à l’activité municipale car ce n’est pas en dotant les municipaux de teasers qu’ils seront moins pris pour cibles.

Ainsi une double réforme parait nécessaire, un regroupement des forces de police assorti d’une formation adéquate ce qui améliorerait son efficacité sans en augmenter les coûts, et dans un avenir plus lointain un regroupement des forces de sécurité et de la justice sous une même direction ministérielle.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Sécurité
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 18:27

 

Dans nos sociétés occidentales dites avancées les gens luttent contre le vieillissement en usant de tous les recours médicaux, pilules antiâge, antioxydants, hygiène de vie font passer les caps et allongent la vie.

Le problème qui se pose en avançant dans l’âge est celui de la réparation ou du remplacement des organes devenus défectueux.

Dans certains cas on peut réparer l’organe en utilisant des bio matériaux ainsi en est il des stents qui permettent de reperméabiliser une artère ou des prothèses de hanche ou de genou.

Parfois on ne peut pas réparer et on aura alors recours à des machines qui suppléent une activité défaillante Ainsi en est il des reins artificiels, des pompes à insuline, des neurostimulateurs. Ces appareillages externes n’ont qu’un temps et on est toujours tentés par une solution plus définitive et moins contraignante. Pour suppléer une valvule cardiaque défaillante on peut recourir a une valve métallique ou une xénogreffe a partir d’une valve de porc. Mais pour un rein il faut greffer, de même pour un foie, un cœur ou un bloc cœur poumon. L’allongement de la vie allonge les files d’attentes mais pas le nombre de donneurs et c’est pourquoi certains malfaiteurs prélèvent des organes dans des pays pauvres parfois sans le dire au donneur, ou en lui versant une somme dérisoire. Ces  donneurs contraints sont surtout présents au Brésil, en Afrique, en Asie du sud, ou dans les pays de l’Est, d’autres font leur publicité sur internet. Dans d’autres cas il existerait même

Certains pays ont institutionnalisé le système parfois en organisant un tourisme de transplantation où pour un prix forfaitaire on achète le voyage, l’hébergement et la greffe. La Chine autorise les prélèvements sur ses condamnés à mort.  EIle possède selon l’expression de Richard Cannavo une « réserve vivante ». D’autres pays sont hostiles à la pratique des prélèvements pour des questions  religieuses , ainsi le corps mort est il sacré en Egypte, ou pour des raisons philosophiques, quand peut on considérer qu’une personne est morte ?

C’est pour ces raisons que l’OMS estime que le commerce parallèle d’organes représente 10% des transplantations. Un commerce lucratif et peu pénalisé.

Dans ces conditions existe-t-il des solutions ? Les Anglais viennent de lancer un débat public pour savoir si les donneurs seraient plus nombreux si les greffons étaient payés. C’est une enquête intéressante, mais le payement devra être encadré sous peine de dérive mercantile.

Une autre voie consiste à augmenter le nombre de xénogreffes faite à partir d’animaux mais pour valider chaque technique il faudra du temps et tout ne sera pas possible.

Enfin il me semble qu’il faudrait pousser la recherche pour l’utilisation des cellules embryonnaires. Ces cellules dites parfois sang du cordon sont des cellules immatures qui injectées dans un organe ont tendance à le reproduire. Ainsi des cellules injectées dans le territoire d’un infarctus ont tendance à faire des cellules cardiaques et à revitaliser la zone malade. Des expérimentations ont lieu aussi  pour le cerveau. Cette technique est une technique de réparation et non de remplacement qui éviterait le trafic d’organes.

Ainsi, matériels inertes, xénogreffes, cellules embryonnaires sont les voies à parcourir pour sauver des vies celles des malades mais aussi celle des donneurs contraints.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Santé
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:08

 

Nous vivons actuellement dans un monde d’images que nous ne pouvions imaginer il y a encore quelques années. La devise des médias parait être crois ce que tu vois et dés lors chacun s’acharne à être vu car tout ce est passé par le petit écran se retrouve sanctifié.

 

Par exemple David Vendetta le pape de la «  beaugossitude » joue sur sa seule image. Il vient de remporter la Ferme Célébrités et a été invité chez Cauet. A partir de là deux versions divergent, celle de Cauet qui dit que Vendetta lui aurait demandé 5000€ pour participer et celle de Vendetta qui dit que Cauet les lui aurait offerts. Quoi qu’il en soit la somme n’a pas été remise en cause et on ne peut que s’étonner de voir tant d’argent dépensé pour 15 minutes de prestation.

 

A l’autre bout du PAF c’est M Drucker qui pour son émission « au cœur de la gendarmerie » aurait reçu en matériel et moyens de transport une aide de 3500000 € de l’état. La coproduction d’émissions est la force de ce présentateur qui avait déjà fait le même coup lors de son émission au cœur de l’armée et lors d’une présentation de la Corse. Souvenons nous aussi qu’il était aussi venu à Carcassonne où il avait tenu à faire son émission place Carnot alors que la municipalité aurait préféré la faire à la cité et de la facture qu’il avait fallu régler.

 

Ainsi si je puis dire l’argent va dans les deux sens tantôt il alimente les caisses de la télévision, tantôt il permet à des particuliers d’améliorer leurs fins de mois ce qui semble beaucoup plus fréquent. Là encore il y a les amateurs pour lesquels la manne financière est aléatoire et que l’on peut voir dans la Star académie, Koh lanta ou  Paris Pékin et les professionnels qui cultivent leur image à des fins mercantiles ou électives. Ainsi peut on voir certains artistes à la carrière incertaine réapparaitre dans des émissions pour se refaire une santé publicitaire. C’est le cas de la Ferme célébrités  et de certains podiums d’été où des artistes sur le déclin parcourent les plages de France.

Je pense que tous ont conscience des abus du système mais peu les admettent ou les dénoncent. C’est pourquoi je saluerai le courage d’un éleveur de cafard d’origine allemande que la télévision a médiatisé car trouvant son activité originale a eu l’idée de se servir de ce tremplin pour faire les weekend des courses de cafards dans son bistrot favori. La médiatisation aidant son activité sportive a été boostée et comme il le dit lui-même il gagne très bien sa vie.

 

Peut on arrêter ces dérives ? Je ne le pense pas au vu d’émissions à venir où domineront les plus bas instincts de l’homme mais à s’approcher toujours plus de la flamme on finira par s’y bruler les ailes. Alors reprenons nous et ayons le courage de boycotter les émissions les plus litigieuses. 

 

http://www.youtube.com/watch#!v=1ecYsxXyimk

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 07:08

 

La crise financière a occulté pour un temps la réforme des retraites cependant le discussions se poursuivent et partout dans la presse on entend dire qu’il faudra jouer sur trois leviers, l’âge du départ à la retraite, la durée des cotisations et le niveau des pensions.

Imposer de travailler plus longtemps n’a pas la même incidence que le rallongement du temps de cotisation. Dans ce second cas on peut partir à 60 ans avec une retraite décotée alors que dans le premier on ne percevra rien avant l’âge légal de la retraite. Augmenter le temps de cotisation est plus juste car il permet à ceux qui ont commencé à travailler jeune de partir à 60 ans à taux plein alors que ceux qui ont commencé tard ont le choix soit de partir avec une décote soit de continuer à travailler.

 

Par delà ces propositions j’observe quelles sont toutes faites pour réduire les dépenses or en économie un budget peut s’équilibrer en réduisant les dépenses ou en améliorant les recettes. C’est de cette possibilité aujourd’hui non envisagée que je voudrais débattre avec vous.

Tout d’abord et accessoirement remarquons qu’allonger le temps de travail de 60 à 65 ans par exemple réduit les dépenses car la retraite ne sera pas payée pendant 5 ans et améliore les recettes car il faudra cotiser 5 ans de plus.

Envisageons les autres moyens d’améliorer les recettes. Une des voies évoquée consiste à faire payer le fruit du capital c'est-à-dire prélever une cotisation supplémentaire sur les intérêts perçus. Il faut savoir que ceux-ci sont déjà taxés à hauteur de près de 20% en sortie. Augmenter encore leur taxation rendra l’épargne improductive sans compter que dans ce cas on pourrait aussi proposer d’intégrer  les salaires sociaux ( allocations familiales, logement etc.) dans les ressources des ménages. Cette voie ne me semble pas praticable.

 

Une deuxième possibilité consisterait à augmenter le nombre de personnes au travail donc de réduire le chômage. Personne ne l’évoque et j’en conclue qu’il n’est pas possible de créer plus de 23 à 24 millions d’emplois en France. Dans ce cas à quoi servirait il de faire travailler plus longtemps les séniors ?

 

Une troisième voie non encore évoquée consisterait à augmenter légèrement et régulièrement les cotisations des actifs. C’est une solution facile à mettre en œuvre, et pratiquement indolore car elle ne réduit pas de façon significative le pouvoir d’achat des actifs. Elle a mon adhésion car elle peut s’appliquer à tous, même a ceux qui sont aujourd’hui protégés par le bouclier fiscal.

 

En réalité la réforme qui va sortir de toutes ces réunions sera un « mix » de diverses mesures. Je pense que deux se détachent, allonger la durée des cotisations me parait la plus pertinente pour réduire les dépenses et augmenter le taux des cotisations la plus équitable pour augmenter les recettes.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 14:56

 

 

J’ai eu du mal cette semaine à trouver un sujet pour cette rubrique et peu à peu une curieuse sensation m’a envahi car dés que je pensais à un sujet possible et préparait mon argumentaire son contraire s’imposait à moi rendant toute explication rationnelle stérile.

 

 

J’aurai voulu vous parler de la polygamie mais elle n’existe pas au plan juridique car pour être polygame il faut avoir contracté plus d’un  mariage administratif c'est-à-dire enregistrés en mairie et ce n’est pas possible en France. Alors devais je vous parler du concubinage mais dans ce cas  à partir de combien de maitresses est ce  répréhensible ?

 Je n’ai pas su développer un raisonnement cohérent et j’ai abandonné.

 

Je me suis alors rabattu sur l’interview de Zahia, la jeune prostituée qui a été offerte à F Ribery  pour son anniversaire. Dieu merci elle ne peut pas être considérée comme une concubine et si on en parle c’est je pense pour deux raisons.

La première est qu’elle était mineure au moment des faits  et que tout le problème est de savoir si Ribéry le savait ou non. Dans le cas où il le savait il pourrait être poursuivi pour détournement de mineure sinon il n’est pas attaquable. Surprenant lorsqu’on sait que si la majorité civique s’acquiert à 18 ans la majorité sexuelle est à 15ans et que dés lors on admet que l’acte sexuel peut être voulu ou accepté.

La seconde s’est qu’il s’agit de rapports tarifés dons répréhensibles. La prostitution est interdite en France mais là encore il y a beaucoup d’hypocrisie. Jusqu'à un temps qui n’est pas si loin la police des mœurs cherchait à attraper le proxénète, le julot casse croute mais l’optique a changé peu à peu. On a interdit le racolage sur la voie publique mais les prostituées étant considérées comme des professionnelles et payant des impôts au fisc on a vite oublié les bonnes résolutions au profit d’un pragmatisme financier plus réaliste. Aujourd’hui elles se sont reconverties sur internet et sont moins présentes dans les rues.

Comme il fallait tout de même donner des gages aux bonnes mœurs on a décidé de pénaliser les clients alors qu’ils sont tout simplement en quête du bonheur.

 

Alors dans cette affaire qui va être pénalisé ? Le tenancier du bar où avaient lieu les rendez-vous et qui peut être considéré comme l’entremetteur, c’est peu probable. Pénalisera-t-on la prostituée qui je le rappelle était sexuellement majeure et qui paie ses impôts ou bien  le client qui certes a des moyens mais qui comme souvent apparait comme le bouc émissaire. Il me parait que le sens de l’histoire le condamne. Dans ce cas

nous lui conseillerons d’avoir plusieurs concubines pour satisfaire ses besoins car la polygamie ainsi que la prostitution sont je le rappelle interdite en France.

 

http://www.youtube.com/watch?v=W47CG4TBDSg

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Société
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 19:48

 Les évènements récent viennent nous rappeler que sur notre planète, nous ne pouvons pas tout contrôler. L’éruption du volcan islandais peut au-delà des problèmes économiques qu’elle a entrainé, se voir comme une pollution majeure de l’atmosphère car des milliers de tonnes de poussières, de chlore, de souffre et de gaz carbonique ont été expulsés dans l’atmosphère réduisant à néant des mois, voire des années, pendant lesquels nous avions tenté d’être propres.

 

En effet les activités humaines sont pour la plupart polluantes. Cette pollution est directe pour la plupart des industries et nomment pour la métallurgie et la chimie. Elle peut aussi être indirecte, même dans les activités humaines qui paraissent les plus altruistes.

 

Lorsque Yann Arthus Bertrand nous fait découvrir le monde vu du ciel et nous interpelle sur nos pollutions, il ne faut pas oublier que, lui même, pour réaliser son film a survolé les continents en avion et les a pollués. Nicolas Hulot est un autre  exemple de pollution altruiste, Il ne se déplace jamais seul et utilise des moyens de locomotion polluants.

 

Ainsi, si la nature peut se polluer seule, les activités humaines ajoutent encore à cette pollution. C’est pour cette raison que certains souhaitent les réduire et prônent une croissance écologique. Mais la croissance écologique est elle propre ?

Je prendrais 3 exemples.

On promeut la révolution numérique qui permet de travailler sans papier et d’épargner la planète de la déforestation, mais personne ne dit comme ont doit dépolluer les ordinateurs en fin de vie, ou recycler les imprimantes.

On nous parle aussi d’énergie propre et notamment d’électricité solaire or les panneaux  contiennent de nombreux polluants. Dans la phase de fabrication, ils polluent la Chine qui est le principal fabriquant mais que ferons-nous de ces panneaux dans 15 ans, quand ils auront atteint leur fin de vie ? Personne n’a la réponse à cette lancinante question.

Enfin, j’ai noté un changement d’attitude des écologistes par rapport aux centrales nucléaires qui ne polluent pas l’atmosphère dans laquelle, elle ne dégagent que de la vapeur d’eau, mais d’un autre côté, on ne sait toujours pas quoi faire des déchets de ces centrales.

 

Alors faire de la croissance propre, voie dans laquelle nous nous engageons pour l’avenir ne peut se concevoir sans prévoir les moyens nécessaires pour dépolluer faute de quoi on peut se demander comment conjuguer croissance innovation et écologie ?

 

Pour tirer son épingle du jeu ce ménage à trois devra être encadré et surveillé. Comment, c’est la  réflexion à laquelle j’invite chacun et chacune.

Repost 0
Published by Jacky GUILLAUME - dans Ecologie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacky GUILLAUME
  • : ANALYSE POLITIQUE, ECONOMIQUE ET SOCIOLOGIQUE
  • Contact

Recherche

Liens